Toi qu’empourprait

(Mis à jour le: 6 janvier 2016)
Toi qu’empourprait l’âtre d’hiver
Comme une rouge nue
Où déjà te dessinait nue
L’arôme de ta chair ;

Ni vous, dont l’image ancienne
Captive encor mon coeur,
Ile voilée, ombres en fleurs,
Nuit océanienne ;

Non plus ton parfum, violier
Sous la main qui t’arrose,


Ne valent la brûlante rose
Que midi fait plier.

Chansons
Paul-Jean Toulet

Toi qu’empourprait Chansons Poésie Paul-Jean Toulet

 Poésie Paul-Jean Toulet - Chansons - Toi qu’empourprait -  Toi qu'empourprait l'âtre d'hiver Comme une rouge nue



Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/