Sonnet 22

(Mis à jour le: 3 août 2016)
O doulce ardeur, que des yeulx de ma Dame
Amour avecq’ sa torche acoustumée
Dedans mon coeur a si bien allumée,
Que je la sen au plus profond de l’ame!Combien le ciel favorable je clame,
Combien Amour, combien ma destinée,
Qui en ce point ma vie ont terminée
Par le torment d’une si doulce flamme!Qu’en moy (Amour) ne durent tes doulx feux,
Je ne le puys et pouvoir ne le veulx


Bien que la chair soit caducque, et mortelle.

Car ceste ardeur, dont mon ame est ravie,
Prendra aussi immortalité d’elle,
Vivant par mort d’une eternelle vie.

 

L’Olive

Joachim Du Bellay

Sonnet 22 L’Olive Poésie Joachim Du Bellay

 Poésie Joachim Du Bellay - L’Olive - Sonnet 22 -  O doulce ardeur, que des yeulx de ma Dame Amour avecq’ sa torche acoustumée



Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/