Simone de Beauvoir, histoire et biographie de Beauvoir

(Mis à jour le: 7 août 2017)
Evaluer cet article

Simone de Beauvoir

Simone de Beauvoir, est née Simone-Lucie-Ernestine-Marie Bertrand de Beauvoir le 9 janvier 1908 à Paris et décédée le 14 avril 1986 à Paris.

C’est une écrivaine, philosophe et essayiste française qui a été la compagne de Jean-Paul Sartre. Simone de Beauvoir est considérée comme l’une des théoriciennes les plus importantes du féminisme français et a fait partie du mouvement de libération des femmes dans les années 1970.

Simone de Beauvoir

Simone de Beauvoir

Vie de Simone de Beauvoir

Simone de Beauvoir est née de Georges Bertrand de Beauvoir, un éphémère avocat et comédien amateur, et de Françoise Brasseur, de la bourgeoisie de Verdun.

Elle a eu une éducation bourgeoise. A l’âge de 5 ans, elle rejoint le cours de Désir où elle a montré des compétences intellectuelles extraordinaires. Sa mère était une catholique qui a enseigné ses deux filles dans un cadre conformiste, traditionnel et religieux.

Son enfance a été marquée par la faillite de son grand père maternel qui a obligé la famille de Simone à réduire leurs dépenses et à créer une sorte de conflit entre ses parents. Simone a grandi avec le complexe d’être une femme, puisque son père voulait avoir un garçon.

Agée de 14 ans, Simone de Beauvoir laisse tomber la religion catholique et prend la décision de continuer ses études et de se consacrer à l’écriture. Elle rejoint la Sorbonne à Paris pour des études de philosophie. C’est là qu’elle fait la connaissance de Jean-Paul Sartre
qui deviendra ensuite son époux.

Simone obtient en 1929, son agrégation de philosophie et fut nommée professeur à Marseille, à  Rouen, ensuite à Paris. Toujours à la quête de son émancipation, Simone ne trouve pas dans l’éducation ce qu’elle voulait, alors elle décide de quitter son travail en 1943 et d’entamer une carrière littéraire.

Simone était l’une des défenseurs de l’existentialisme de Sartre. Elle a commencé à mettre des interrogations et des questionnements pour tenter de trouver une réponse à une vie qu’on a pas choisi d’y naître.

Simone de Beauvoir

Simone de Beauvoir

A la fin des années 1947, elle commence à voyager partout dans le monde, aux Etats Unis, en Afrique et en Europe.

En 1954, elle a reçu le Prix Goncourt pour son œuvre Les Mandarins. Ses voyages se succèdent en Asie et en Amérique du sud, elle a pris pour mission la libération de la femme. Elle a écrit plusieurs mémoires et récits de ses voyages en Chine, Cuba, Union soviétique…

Après la mort de sa mère en 1964, elle écrit Une mort très douce, dans laquelle elle retrace la mort de sa mère, considéré par Sartre comme l’un de ses meilleurs écrits.

En 1971, avec son compagnon Sartre, Raymond Aron, Michel Leiris, Maurice Merleau-Ponty, Boris Vian, Simone de Beauvoir a fondé une revue d’extrême gauche Les Temps Modernes. Ce magazine a pour but de propager l’existentialisme à travers les rangs du peuple

Simone dominait la littérature féminine de son époque. Elle était une grande philosophe, et romancière. Son but est de montrer que la femme était capable de rivaliser avec l’homme. Elle a écrit plusieurs livres autobiographiques dans lesquelles elle exprime toute les interrogations de toute une génération.

de Beauvoir

de Beauvoir

Son livre La Seconde Sexe était une sorte de bible pour le mouvement féministe mondial. En 1980, après la mort de Sartre, elle publie La Cérémonie des Adieux dans lequel, elle relate les 10 dernières années de son mari avec des détails très intimes.

Sa santé se détériore à cause de sa dépendance à l’égard de l’alcool et des amphétamines. Elle s’éteint le 14 avril 1986 à l’âge de 78 ans. Elle fut inhumée dans la même tombe que Jean-Paul Sartre.

En savoir plus sur les citations de Simone de Beauvoir:

http://www.poesie-citation.fr/citations/citation-simone-de-beauvoir/

 



  1. 11 juin 2012 @ 22:46 Awa Sene Sarr

    Simone de Beauvoir
    Simone de Beauvoir a beaucoup apporté aux libertés individuelles mais surtout à la libération de la Femme. Son courant féministe des années 70 a éclairé le chemin de beaucoup de femmes dans le monde dont la Sénégalaise Marie Angélique Savané qui a été l’une des initiatrice du “yéwu yéwwi” 1er mouvement féministe au Sénégal.

    Répondre

  2. 12 juin 2012 @ 10:18 Danielle

    De Beauvoire
    Même si je ne croit pas féminisme, mais à l’Homme (avec un grand H) en général, mais Simone de Beauvoire a su montrer un côté de la femme qui est resté pour des siècles inconnu…
    Ces écrits libérales n’ont aucune relation avec la vulgarité et le femme objet quelque soit les convictions, les religions…

    Répondre


Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/