Poivrot d’ Avril. Fantaisie.

(Publié le 19 mai 2006) (Mis à jour le: 8 mai 2014)

Lui qui sifflait net, plus d’un litre de rouge
Qui n’eu pas le temps de prendre de la bouteille.
Le reflet à deux gouttes d’eau d’un Peau rouge
Tellement par sa trogne s’approchait du vermeil
Son l’humble viscère qui lui servait d’éponge

 


Pardieu, depuis longtemps avait perdue la foi
Par l’abus d’un trop plein, avait jeté l’éponge
Piqué que le bougre, remettait ça chaque fois.
Tête de carafon t’as connu de la vie de château
Que les étiquettes des bordeaux, en poubelles
De la vinasse avalée, tu rêvais mené en bateau
De descendre un jour de bien meilleurs labelles
Faut dire de sa souche qu’il n’était pas raciste
Car le mélange des crus, ne lui faisait pas peur
Fier comme Artaban, tel ce héros de Maciste
Il en assommait plus d’un, au zinc des Sapeurs
Mais sa couleur de peau, devint vite jaunâtre
Tel le teint du fleuve, de santé pas très saine
Qui coule en capitale, à la vue de Montmartre
La tournure misérable, eu la vision malsaine.
D’être face à Dieu dans son simple appareil
Lui qui voyait double devant un dernier verre
Crut d’être pris pour un bleu étant nu comme un ver.
Par le divin donateur d’eau vie sans pareil.
Seulement le créateur qui en a vu bien d’autres
En bienfaiteur, baptisa son Gnafron en apôtre
Le prit sous sa coupe, lui indiqua ses vignes
Pour choisir une feuille, afin qu’il resta digne.
Alors ne vous étonnez pas, si vous croisez là hautVous !
Braves gens des poivrots de toutes sortes
Des ivrognes notoires, qui ne volent pas très haut
Il faut bien que la mort trinque en quelque sorte… 


4 février 2006




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/