Les Fourberies de Scapin ACTE II Scène 4

(Publié le 31 mai 2011) (Mis à jour le: 20 janvier 2016)

Les Fourberies de Scapin ACTE II Scène 4

Les Fourberies de Scapin par Molière

Carle, Scapin, Léandre, Octave.

Carle

Monsieur, je vous apporte une nouvelle qui est fâcheuse pour votre amour.

Léandre

Comment ?

Carle

Vos Égyptiens sont sur le point de vous enlever Zerbinette, et elle-même, les larmes aux yeux, m’a chargé de venir promptement vous dire que si, dans deux heures, vous ne songez à leur porter l’argent qu’ils vous ont demandé pour elle, vous l’allez perdre pour jamais.

Léandre

Dans deux heures ?

Carle

Dans deux heures.

Léandre

Ah ! mon pauvre Scapin, j’implore ton secours.

Scapin, passant devant lui avec un air fier.

” Ah ! mon pauvre Scapin. “ Je suis ” mon pauvre Scapin ” à cette heure qu’on a besoin de moi.

Léandre

Va, je te pardonne tout ce que tu viens de me dire, et pis encore, si tu me l’as fait.

Scapin

Non, non, ne me pardonnez rien. Passez-moi votre épée au travers du corps. Je serai ravi que vous me tuiez.

Léandre

Non. Je te conjure plutôt de me donner la vie, en servant mon amour.

Scapin

Point, point: vous ferez mieux de me tuer.

Léandre

Tu m’es trop précieux; et je te prie de vouloir employer pour moi ce génie admirable, qui vient à bout de toute chose.

Scapin

Non: tuez-moi, vous dis-je.

Léandre

Ah ! de grâce, ne songe plus à tout cela, et pense à me donner le secours que je te demande.

Octave

Scapin, il faut faire quelque chose pour lui.

Scapin

Le moyen, après une avanie de la sorte ?

Léandre

Je te conjure d’oublier mon emportement et de me prêter ton adresse.

Octave

Je joins mes prières aux siennes.

Scapin

J’ai cette insulte-là sur le cœur.

Octave

Il faut quitter ton ressentiment.

Léandre

Voudrais-tu m’abandonner, Scapin, dans la cruelle extrémité où se voit mon amour ?

Scapin

Me venir faire, à l’improviste, un affront comme celui-là !

Léandre

J’ai tort, je le confesse.

Scapin

Me traiter de coquin, de fripon, de pendard, d’infâme !

Léandre

J’en ai tous les regrets du monde.

Scapin

Me vouloir passer son épée au travers du corps !

Léandre

Je t’en demande pardon de tout mon cœur; et s’il ne tient qu’à me jeter à tes genoux, tu m’y vois, Scapin, pour te conjurer encore une fois de ne me point abandonner.

Octave

Ah ! ma foi ! Scapin, il se faut rendre à cela.

Scapin

Levez-vous. Une autre fois, ne soyez point si prompt.

Léandre

Me promets-tu de travailler pour moi ?

Scapin

On y songera.

Léandre

Mais tu sais que le temps presse.

Scapin

Ne vous mettez pas en peine. Combien est-ce qu’il vous faut ?

Léandre

Cinq cents écus.

Scapin

Et à vous ?

Octave

Deux cents pistoles.

Scapin

Je veux tirer cet argent de vos pères. (À Octave.) Pour ce qui est du vôtre, la machine est déjà toute trouvée; (à Léandre) et quant au vôtre, bien qu’avare au dernier degré, il y faudra moins de façon encore, car vous savez que pour l’esprit, il n’en a pas grâces à Dieu ! grande provision, et je le livre pour une espèce d’homme à qui l’on fera toujours croire tout ce que l’on voudra. Cela ne vous offense point: il ne tombe entre lui et vous aucun soupçon de ressemblance; et vous savez assez l’opinion de tout le monde, qui veut qu’il ne soit votre père que pour la forme.

Léandre

Tout beau, Scapin.

Scapin

Bon, bon; on fait bien scrupule de cela: vous moquez-vous ? Mais j’aperçois venir le père d’Octave. Commençons par lui, puisqu’il se présente. Allez-vous-en tous deux. (À Octave.) Et vous, avertissez votre Silvestre de venir vite jouer son rôle.

Les Fourberies de Scapin par Jean Baptiste Poquelin: Molière

Une pièce de théâtre de Molière




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/