Poésie Victor Hugo

Les châtiments Livre I

Jouissez du repos que vous donne le maître. Vous étiez autrefois des cœurs troublés peut-être, Qu’un vain songe poursuit ; L’erreur vous tourmentait, ou la haine, ou l’envie ; Vos bouches, d’où sortait la vapeur de la vie, Etaient pleines de bruit.

Approchez-vous ; ceci, c’est le tas des dévots. Cela hurle en grinçant un benedicat vos ; C’est laid, c’est vieux, c’est noir. Cela fait des gazettes. Pères fouetteurs du siècle, à grands coups de garcettes Ils nous mènent au ciel. Ils font, blêmes grimauds, De l’âme et de Jésus des querelles de mots Comme à…

En ces temps-là, c’était une ville tombée Au pouvoir des Anglais, maîtres des vastes mers, Qui, du canon battue et de terreur courbée, Disparaissait dans les éclairs.  

querelle. Pourquoi ?
Mon Dieu, parce qu’on s’adore.
À peine s’est-on dit Toi
Que Vous se hâte d’éclore.
Le coeur tire sur son noeud ;
L’azur fuit ; l’âme est diverse.
L’amour est un ciel, qui pleut
Sur les amoureux à verse.

De même, quand, sans effroi,
Dans la forêt que juin dore,
Lire la suite...

Quand les guignes furent mangées,
Elle s’écria tout à coup :
J’aimerais bien mieux des dragées.
Est-il ennuyeux, ton Saint-Cloud !
On a grand-soif ; au lieu de boire,
On mange des cerises ; voi,
C’est joli, j’ai la bouche noire
Et j’ai les doigts bleus ; laisse-moi. –

Elle disait cent autres choses,
Et sa douce main me battait.
Lire la suite...

C’est la jeunesse et le matin.
Vois donc, ô ma belle farouche,
Partout des perles : dans le thym,
Dans les roses, et dans ta bouche.

L’infini n’a rien d’effrayant ;
L’azur sourit à la chaumière ;
Et la terre est heureuse, ayant
Confiance dans la lumière.
Lire la suite...

Les enfants lisent, troupe blonde ;
Ils épellent, je les entends ;
Et le maître d’école gronde
Dans la lumière du printemps.
J’aperçois l’école entrouverte ;
Et je rôde au bord des marais ;
Toute la grande saison verte
Frissonne au loin dans les forêts.

Tout rit, tout chante ; c’est la fête
De l’infini que nous voyons ;
Lire la suite...

I
Aux champs, compagnons et compagnes !
Fils, j’élève à la dignité
De géorgiques les campagnes
Quelconques où flambe l’été !

Flamber, c’est là toute l’histoire
Du coeur, des sens, de la saison,
Et de la pauvre mouche noire
Que nous appelons la raison.
Lire la suite...

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/