Tout savoir sur le Sacré Cœur de Montmartre

(Mis à jour le: 30 août 2019)

Pour un séjour à Paris, le Sacré Cœur de Montmartre ou plus précisément la basilique du Sacré Cœur de Montmartre figure parmi les incontournables. Même si vous n’êtes pas un grand croyant, vous pouvez toujours visiter ce site. Il est d’ailleurs le second monument religieux le plus visité de la capitale après la Cathédrale de Notre-Dame. Il se trouve dans le quartier de Clignancourt dans le 18ème arrondissement de Paris, donc il ne sera pas si difficile de l’intégrer au planning de votre séjour.

Le Sacré Cœur de Montmartre, toute une histoire de vœu

Sacré Cœur de Montmartre

Cet édifice se trouve au sommet de la butte de Montmartre. Cette dernière a toujours été un lieu de culte et a été choisie pour la construction de nombreux édifices religieux. La conception de la Basilique de Sacré Cœur de Montmartre n’était pas un grand projet. C’était plus un vœu personnel du philanthrope Alexandre Legentil qui voulait avoir la miséricorde du Sacré-Cœur de Jesus-Christ. Dans une lettre datant de 1871, il promet de contribuer à la construction d’un sanctuaire dédié au Sacré Cœur de Jésus.

Pour réaliser ce vœu, Alexandre Legentil obtient la contribution de nombreuses personnalités et ce souhait prend une dimension nationale. Les actifs de ce projet font même appel à l’Assemblée nationale en fin 1872, car pour eux, l’édifice devrait être d’utilité publique. Après de grands débats entre les députés de l’époque, l’archevêque de Paris se vit attribuer les terrains sur la colline de Montmartre pour la construction.

La réalisation de l’édifice

Sacré Cœur de Montmartre

En 1873, la construction de la Basilique de Sacré Cœur n’était qu’à l’état de projet, mais on avait déjà le comité de l’œuvre du Vœu National. Cette organisation lance un concours pour choisir l’architecte. Elle reçoit 78 réponses et on expose les maquettes proposées sur les Champs-Elysées. Après plusieurs semaines, c’est Paul Abadie qui gagne la compétition pour la construction de l’édifice.

C’est le 16 juin 1875 que la première pierre de la basilique fut posée par l’archevêque de Paris. Pour symboliser cet acte, on a pris un marbre rose de Bouère. La conception prend des années et on voit à la tête du chantier plusieurs architectes. Après la mort d’Abadie, Honoré Daumet prend les rênes pour deux ans de 1884 à 1886, puis il fut remplacé par Charles Laisné entre 1886 et 1891. Henri-Pierre Rauline intervient de 1891 à 1904, Lucien Magne de 1904 à 1916 et Jean-Louis Hulot de 1916 à 1924. La grande construction s’achève en 1924, mais la Basilique a connu quelques modifications au fil des années.

Découvrez aussi:

L’édifice de l’extérieur

Sacré Cœur de Montmartre

Même s’il s’agit d’une basilique, elle n’a pas été construite selon le plan basilical traditionnel. La Basilique de Sacré Cœur de Montmartre est en forme de croix grecque décorée par quatre coupoles. La coupole centrale s’élève à 54,94 mètres et fait 16 mètres de diamètre. Elle est couronnée par un lanterneau constitué d’une colonnade. Pour accéder à la galerie du dôme, il y a un escalier en colimaçon de 237 marches. Depuis la pièce intérieure, on a une belle vue sur l’intérieur de l’église. A l’extérieur, on a un panorama circulaire sur 30 km.

Lorsqu’on est à l’extérieur de la basilique, on peut apercevoir un mélange de style architectural. Les grands connaisseurs reconnaîtront les petits traits de la cathédrale Saint-Front de Périgneux, des basiliques Sainte-Sophie de Constantinople et de Saint-Marc de Venise.

La Basilique de Sacré Cœur de Montmartre n’a pas une orientation Est-Ouest comme la plupart des églises. Elle est orientée Nord-Sud pour des raisons topographiques, mais aussi pour une ouverture de l’édifice vers le centre de la capitale. Pour la construction de ce monument, on a utilisé du travertin venant des carrières de Château-Ladon et de Souppes-sur-Loing.

Sur la façade méridionale, on distingue deux étages. Sur la partie inférieure, on a trois arcades avec les trois portes en bronze et un portique avec une grande terrasse décorée par des balustres et par deux statues équestres. Pour y accéder, on a un escalier. L’étage supérieur est séparé de l’inférieur par une corniche à modillons. Il est couronné par un fronton qui, à son sommet, est orné par une statue du Christ au Sacré Cœur sur la poitrine. Vous trouverez sur les angles extérieurs de la loggia une grande tour carrée qui abrite la plus grosse cloche de France.

Une fois qu’y on met les pieds

Sacré Cœur de Montmartre

Lorsque vous pénétrez la porte principale, vous allez voir plusieurs chapelles. Il y a la chapelle Saint-Michel, la chapelle Saint-Louis, la chapelle de la bienheureuse Marguerite-Marie, la chapelle de Saint-Vincent-de-Paul, la chapelle des reines de France, les sept chapelles absidiales et la chapelle de Notre Dame de la Mer. A côté de celles-ci, on a aussi la tribune du Commerce et de l’industrie et la tribune de l’Agriculture.

Le cul-de-four de l’abside est orné par la plus grande mosaïque de France. Cette dernière représente le Sacré-Cœur de Jésus. On peut aussi voir la vierge Marie et Saint Michel. Au-dessus, sur la frise, il est écrit : « SACRATISSIMO CORDI JESU, GALLIA PŒNITENS ET DEVOTA ET GRATA » qui signifie : « Au Cœur très saint de Jésus, la France pénitente, fervente et reconnaissante ».

Lors de la visite, vous serez impressionné par les différentes oeuvres. Parmi les plus marquantes, on a la statue de Saint Michel réalisée par Léon Noël, la statue de Notre Dame de la Paix effectuée par Gustave Crauk, les mosaïques de Saint-Louis faites par Pascal Blanchard et le luxueux autel de bronze.





Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/