Palais de Tokyo : un centre majeur de l’art contemporain sur le plan international

(Publié le 9 janvier 2020) (Mis à jour le: 5 juin 2020)

Le palais de Tokyo est l’un des plus importants centres dédiés à l’art contemporain sur le plan international. Situé dans le 16e arrondissement de Paris, au 13, avenue du Président Wilson, il partage les locaux avec le musée d’art moderne de la Ville de Paris.

Un projet deux en un

En 1932, Paris essayait de trouver une solution pour le musée du Luxembourg devenu trop exigu. On pensait alors construire un autre musée et justement, le projet pour la cité des musées était une bonne idée. Ce dernier devait se situer à l’emplacement actuel du Trocadéro. Malheureusement, il a été abandonné et on se retrouvait alors à la case départ.

En 1934, l’État décide alors de construire un musée d’art moderne. En parallèle, la Ville de Paris a reçu un financement pour préparer l’Exposition internationale de 1937. Elle ne pouvait se dérober à cet engagement. Il fut alors décidé que deux musées seront construits : l’un destiné à la Ville de Paris et l’autre à l’État.

Le projet prit vie et dans le bâtiment actuel, construit entièrement en marbre, on retrouve deux ailes :

  • l’aile ouest, appartenant à l’État, accueille le Palais de Tokyo ou Palais des Musées d’art moderne ;
  • l’aile est, appartenant à la Ville de Paris, accueille le Musée d’art moderne de la ville de Paris.

De palais des Musées d’art moderne à « Palais de Tokyo »

Le Palais de Tokyo est destiné à l’art moderne et contemporain. D’ailleurs, son nom originel était Palais des Musées d’art moderne. Comment a-t-il écopé de son appellation actuelle ?

C’est parce que sa façade sud donne sur l’avenue de New-York, autrefois connue sous le nom de quai de Tokyo. Il s’agit d’un quai qui borde la Seine. Le 14 mai 1997, un arrêté municipal a été publié pour baptiser une aire de stationnement sise devant le Palais, Place de Tokyo. Ce parking se situe sur l’avenue du Président-Wilson. C’est de ces deux emplacements qu’il fut surnommé Palais de Tokyo, l’appellation sous laquelle les Parisiens et les touristes le connaissent le mieux.

Découvrez aussi :

Inauguration reportée pour le Palais de Tokyo

L’ensemble du bâtiment fut construit pour accueillir l’Exposition internationale des arts et des techniques de la vie moderne de 1937 à Paris. Seule la partie destinée à l’art moderne put être inaugurée cette année. L’inauguration de la partie ouest a, quant à elle, été reportée à cause de la seconde guerre mondiale.

L’histoire du Palais de Tokyo en dates

Palais des Musées d’art moderne

L’histoire du Palais de Tokyo

Depuis la construction du bâtiment jusqu’à nos jours, l’aile ouest aujourd’hui occupée par le Palais de Tokyo a accueilli de nombreuses institutions d’art.

  • en 1938, les collections d’art contemporain du Musée du Luxembourg ainsi que celles du Jeu de Paume sont transférées dans le Palais de Tokyo ;
  • à partir de 1939, quand la seconde guerre mondiale éclate, toutes les œuvres sont à nouveau évacuées en province, car le gouvernement allemand menaçait de tout perquisitionner ;
  • en 1941, les sous-sols des deux musées sont transformés en magasins de séquestres de juifs spoliés. L’aile ouest, quant à elle, devient un entrepôt où l’on stocke du mobilier tandis que l’aile est voit accueillir des caisses contenant des vêtements et autres effets personnels ;
  • en juin 1947, quand la guerre prend fin et que le calme revient en France, l’établissement est rouvert à nouveau. Ce n’est que cette année que le Palais de Tokyo est inauguré officiellement ;
  • en 1950, l’aile est est en travaux pour pouvoir accueillir en 1961 les œuvres du Petit Palais donnant naissance, en 1961, au musée d’art moderne de la Ville de Paris ;
  • en 1976, le musée national d’art moderne ferme ses portes. L’ensemble de sa collection est transféré au centre National d’Art et de Culture Georges Pompidou ;
  • en 1977, les réserves du Fonds National d’art contemporain (FNAC) s’y installent à leur tour en choisissant l’emplacement au niveau de la Seine. Elles déménagent à La Défense en 1991 ;
  • en 1978, un autre centre ouvre ses portes dans l’aile Ouest à savoir le Musée d’Art et d’Essais. Ce dernier abrite des peintures et autres œuvres hétéroclites datant du 19e siècle. On y trouve également des œuvres de Picasso lesquelles ont ensuite été transférées au Musée Picasso ainsi que d’autres œuvres offertes par des donateurs qui ont refusé leur transfert au Centre Georges Pompidou ;
  • entre 1984 à 1993, le Centre National de la Photographie s’installe au Palais de Tokyo. Il déménage ensuite à l’hôtel Salomon de Rothschild puis à la Galerie nationale du Jeu de Paume ;
  • en février 1986, l’aile ouest voit accueillir un nouveau centre, le Palais de l’image ;
  • en novembre 1986 jusqu’en 1995, c’est au tour de la FEMIS (Fondation Européenne pour les Métiers de l’Image et du Son) d’ouvrir ses portes, également dans l’aile ouest ;
  • entre 1988 à 1990, l’Institut des hautes études en arts plastiques intègre les anciennes salles de sculptures ;
  • à partir de 1995, l’aile ouest reste inoccupée, car tous les occupants, à part la FNAC sont évacués en faveur du projet concernant le « Palais des Arts de l’image ». Des travaux importants sont engagés, mais sont arrêtés en 1998. Le projet est abandonné, laissant l’aile ouest portes closes jusqu’en 1999 ;
  • en 1999, la ministre Catherine Trautmann décide d’ouvrir une partie de l’aile ouest pour y installer un centre d’art contemporain. Elle ciblait principalement l’art contemporain français et européen ;
  • le 21 janvier 2002, le Palais de Tokyo devenu un Site de création contemporaine, est inauguré et rouvre ses portes à partir du lendemain.
  • depuis 2002, le fameux « Jardin aux Habitants » situé rue de la Manutention, apporte une nouvelle facette au Palais. Environ 16 jardiniers s’en occupent ce qui lui donne un aspect de brouhaha végétal ;
  • en 2012, le Palais de Tokyo, les travaux inachevés en 1998 sont repris ce qui entraîna une fermeture du lieu pendant trois mois. A sa réouverture, les espaces ont totalement été réaménagés et agrandis. Le Palais occupe près de 22 000 m². On retrouve sur les lieux toutes sortes de disciplines toutes rattachées à l’art contemporain. Sculpture, cinéma, danse, peinture, littérature, mode, design … y sont tous présents.
  • en 2012, ouverture de la Salle 37 qui était intégrée au bâtiment dès sa construction en 1937, mais n’a que très peu servi. Les travaux la concernant ont également été poursuivis en 2012 pour ainsi la rendre accessible ;

Par ailleurs, il faut souligner que le parvis du Palais de Tokyo est un lieu très prisé des skateurs. Ces derniers le surnomment « le dôme ». Tous les jours, ils sont nombreux à pratiquer diverses figures aux pieds de la statue en bronze de la France imaginée par Antoine Bourdelle. Ce monument a été érigé pour rendre hommage aux combattants de la France libre. Il a été inauguré en 1922.

Les différents espaces du Palais de Tokyo

Palais de Tokyo à Paris

Les différents espaces du Palais de Tokyo

De nos jours, le Palais de Tokyo accueille régulièrement des expositions temporaires. Il ne dispose pas d’expositions permanentes puisque cède la place aux artistes contemporains qui veulent y créer, exprimer ou exposer leurs œuvres. A part les expositions, divers évènements ont lieu au Palais de Tokyo. Ils sont également organisés à titre temporaire donc il est fortement conseillé de se renseigner sur les prochaines dates prévues.

L’établissement abrite toutefois des espaces permanents comme :

La librairie du Palais :

Cette dernière a été ouverte sur l’initiative de Walther König et  Cahiers d’Art. Il s’agit de l’une des plus grandes librairies d’art de la capitale française. Elle s’étend sur une surface de 450 m² et propose une énorme sélection de magazines, de livres, d’articles cadeaux, de papeterie et d’objets ayant un lien avec les expositions organisées au Palais.

Pour rappel, Walther König est un libraire de renom dans le monde artistique. Il a, à son actif, près de 40 points de vente à travers l’Europe et s’intéresse à diverses thématiques comme la mode, l’architecture, le cinéma, le design et surtout les arts visuels.

Le Yoyo :

Occupant actuellement les anciennes salles de la Cinémathèque française, le YOYO est un lieu dédié au clubbing. C’est un lieu de fête très prisé par les Parisiens. Il a été instauré par les jeunes artistes contemporains.

Dans son atmosphère underground, il accueille également des conférences, des défilés, des lancements de produit, des cocktails, des projections, des soirées, des plénières …

Les restaurants du Palais :

On compte actuellement trois restaurants rattachés au Palais. Il y a Les Grands Verres situé sur le parvis de l’établissement proposant une restauration à ciel ouvert au public ; Le Readymade qui se trouve à l’intérieur du Palais et propose un décor de bibliothèque décontracté aux consommateurs et Monsieur Bleu, également au sein du Palais et propose un décor plus chic.

Les deux restaurants, Monsieur Bleu et Les Grands Verres sont ouverts tous les jours, tandis que le reste du complexe affiche portes closes tous les mardis.

 





Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/