Adolphe Charles Adam, histoire et biographie d’Adam

(Mis à jour le: 20 juillet 2016)

Adolphe Charles Adam ou tout simplement Adolphe Adam est un compositeur qui a vécu entre le 24 juillet 1803 et le 3 mai 1856. Il fait partie des élèves de François-Adrien Boieldieu et lui doit son talent ainsi que sa maîtrise de la musique.

Sa jeunesse

L’enfance d’Adolphe se passe en grande parie hors de la cour de l’école. Effectivement, très jeune, il se passionne déjà pour la musique, passion sans doute héritée de son père qui est professeur de piano et compositeur en Alsace. Il s’appelle Jean-Louis Adam et donne des cours au Conservatoire de Paris. Quant à sa mère, il s’agit d’Elisabeth-Charlotte-Jeanne Coste qui pratique le métier de médecin. Adam fait souvent l’école buissonnière afin de pouvoir suivre des cours de musique à l’insu de ses parents. À l’âge de 14 ans, il parvient à intégrer le Conservatoire de Paris et est encadré par François-Adrien Boieldieu. Il renforce son expérience en jouant dans l’orchestre du Gymnase, ou encore en remplaçant des musiciens dans les salles de concerts. Il commence à écrire ses premières paroles et notes de musique pendant la même période.

La musique pour faire fortune

Adam veut devenir célèbre et surtout faire fortune à partir de la musique. Pour réaliser son rêve, il choisit d’essayer la composition de chansons. Avec les conseils de son maître, il commence dans la branche de l’opéra-comique. Il obtient son premier palmarès en 1834 grâce à sa création intitulée Le Chalet. Une popularité plus accrue jusqu’en Europe est remarquée pour sa seconde œuvre comique : Le Postillon de Lonjumeau. En 1839, il migre vers Saint-Pétersbourg où ses ballets sont joués et produits dans plusieurs salles de concert : La Fille du Danube, L’Ecumeur des mers ou encore Brasseur de Preston remportent succès après succès. Pour faire honneur à son maître Boieldieu, on lui offre le poste de maître de chapelle de la ville, mais n’accepte pas.

Une Marche funèbre de sa création est jouée lors du rapatriement des cendres de Napoléon Ier en France en 1840. L’année suivante, son succès est à son comble lorsqu’il compose son ballet intitulé Giselle ou les Wilis.

adolphe-charles-adam

Les citations d’Adolphe Charles Adam

Récompenses et nominations

Sa première récompense lui est octroyée en 1825 en devenant le lauréat du second prix de Rome. En 1844, il est élu à l’Académie des beaux-arts et renforce, dès lors sa carrière et sa réputation. Sa passion pour la musique lui permet de trouver l’inspiration pour la création du Théâtre-National dans le Cirque-Olympique. L’établissement est ouvert aux amateurs de musique, professionnels comme novices. À cause de la révolution, Adolphe est criblé de dettes, une situation qui l’oblige à céder le Théâtre. Il se convertit en auteur et écrit plusieurs articles pour gagner sa vie. Il prit goût à la littérature et continue d’écrire tout en pratiquant la musique. En 1849, il est engagé au Conservatoire de Paris pour remplacer son père en tant que professeur de piano.

Ses succès

Outre les ballets qu’il compose pendant les premières années de sa, ses œuvres les plus connues sont Le Toréador, jouée en 1849 ; Si j’étais roi parue en 1852 et Le Corsaire qui est produite en 1856.

Sa vie privée et sa fin de vie

Adolphe se marie avec Sara Lescot en 1829. Avec elle, il aura un fils appelé Adrien-Léopold Adam. Lorsque sa femme meurt en 1851, il marie une seconde fois avec Chérie-Louise Couraud.

L’œuvre d’Adolphe se compose de 40 opéras dont la plupart revêtent de l’humour, 14 ballets ainsi que de multiples scènes d’opérettes. Ses créations sont produites dans les grandes salles de France, notamment à l’Opéra de Paris, mais aussi en Italie et en Allemagne.




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/