Théophile de Viau, histoire et biographie de De Viau

(Mis à jour le: 14 août 2017)

Théophile de Viau était un dramaturge et poète français. Il est né entre mars et mai 1590 à Clairac et est mort le 25 septembre 1626 à Paris. Il figurait, durant le 17ème siècle, parmi les poètes les plus lus à travers le monde avant de tomber dans les oubliettes après des critiques des Classiques. C’est Théophile Gautier qui le redécouvrit et le remit au-devant des scènes.Sa jeunesse

Le poète est issu d’une famille de petite noblesse protestante au sein de laquelle il passe une enfance bucolique. Il fit ses études à l’académie protestante de Saumur puis à l’université de Leyde. C’est là qu’il fit la connaissance de Guez de Balzac.

Quelques liens

De 1611 à 1613, il intègre une troupe de théâtre ambulant avant de s’installer à Paris en 1615. Là, il se met au service du comte de Candale en tant que secrétaire poétique et adopte un mode de vie plutôt joyeuse tout en devenant un talentueux poète de cour.

De 1615 à 1616, il prend part au conflit qui oppose le Comte de Candale à Louis XIII et notamment avec le favori de ce dernier, le comte de Luynes.

La guerre finie, il est pardonné et poursuit sa vie de poète de cour.

Banni de France

Après sa conversion au catholicisme, Théophile de Viau continue sa vie libertine à la fois de cœur et d’esprit. Certains de ses contemporains disaient de lui qu’il était bisexuel.

Il est chassé de France en 1619 à cause de ses mœurs indignes et son irréligion. On raconte toutefois que ce bannissement cacherait des raisons politiques relatives au conflit entre le comte de Candale et le comte de Luynes auquel il a pris part.

Théophile de Viau

Théophile de Viau

Sa fin de vie

Il revient à la cour en 1620 après avoir voyagé en Angleterre. De retour en France, il publie des poèmes licencieux parus en 1622 dans le recueil intitulé Parnasse satyrique. Furieux par ces œuvres, les jésuites le dénoncent. Il fut condamné à apparaître pieds nus devant Notre-Dame de Paris, en 1623, afin d’y être brûlé vif. L’exécution s’est toutefois tenue en effigie puisque le poète s’est caché. Il a essayé de fuir en Angleterre, mais s’est fait prendre et fut emprisonné à la Conciergerie pendant deux ans.

Pendant ce temps, le père Garasse a essayé d’analyser ses textes pour prouver au public qu’il y faisait des allusions à la sodomie. Son objectif était alors d’obtenir la condamnation à mort du prisonnier. L’affaire a mobilisé les écrivains et les intellectuels de l’époque et plus de 55 brochures ont été éditées. Certaines étaient en faveur de Théophile de Viau, mais d’autres soutenaient le père Garasse.

Durant son emprisonnement, le poète écrit Plainte de Théophile à son ami Tircis. Dans cette œuvre, il reproche à son ami de l’avoir abandonné alors qu’il aurait dû et pu le tirer d’affaire.

Finalement, la sentence proclamée était l’arrêt d’exil perpétuel. Le poète, gravement affaibli par son séjour en prison, passa ses derniers mois à Chantilly, chez le duc de Montmorency.

Quelques œuvres importantes

Parmi ses plus importantes œuvres, on peut citer :

  • Pyrame et Thisbé
  • Traité de l’immortalité de l’âme
  • La Maison de Sylvie




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/