Ton absence

(Publié le 8 mars 2007) (Mis à jour le: 8 mai 2014)

Tout est dit 

En trois mots

Après vient le silence

Le murmure du vent

Le plus léger devient pesant

Ta voix grave s'est tue

Tu brilles désormais

Par ton absence

Des fantômes bientôt

Frapperont à la porte

Et la feront trembler

Nous nous calfeutrerons

Dans l'arrière-cuisine

Ou dans le grand placard

De la salle à manger

Mais bon sang que quelqu'un

Fasse taire ce chien

Qui joue à la diva

C'est encore et toujours

Mozart qu'on assassine

© Jacques Herman – 2007




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/