Tiens donc vous revoilà

(Publié le 30 novembre 1999) (Mis à jour le: 8 mai 2014)

Tiens donc vous revoilà
Plus blanc que le nuage
Qui vient de passer
Plus blanc que le fantôme
Qui vit dans mon grenier
Plein de vous-même


Jamais repu De suffisance
Un veau ce matin
Est mort de chagrin
En découvrant le monde
Sa mère n’a pas pleuré
On a d’ailleurs pris soin
De la laisser
Dans l’ignorance
La terre a durci
Le sol a gelé
Au cours de la nuit
Et dans la basse-cour
De la ferme où nous
Marchons de concert
Le regard hautain
Le nez en l’air
Vous paradez sans fin
Il n’est au monde rien
Que vous aimiez vraiment
Sinon vous
Jacques Herman 2013

 

 




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/