Terre de là-bas

(Publié le 21 août 2007) (Mis à jour le: 8 mai 2014)

Pour avoir alourdi les poches de mon veston

De quelques poignées de terre

De deux ou trois cailloux

De beaucoup de poussière

Je me fis arrêter

Comme un contrebandier

 

A la frontière


J’eus beau protester

Dire que je n’avais

Sur moi que des choses

Tout à fait ordinaires

On m’arrêta

On me jugea

On m’emprisonna


Il ne me demeure

Plus guère auprès de moi

Que des souvenirs épars

Dépourvus d’épaisseur et de poids



© Jacques Herman – 2007




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/