Silence

(Publié le 23 mars 2016) (Mis à jour le: 23 mars 2016)
Evaluer cet article
Ton silence me lance des lames que je panse tant bien que mal mais je rame.Tu t’éloignes de moi mon Roi? Et moi, je suis le fou de toi, l’hors-la-loi, je ne fais pas le poids et c’est rien, c’est pas ce qu’on me demande.Moi… j’esquisse des sourires au Roi de l’esquive, pas de peines pourvu qu’il rit.

Proche du pouvoir, tu me condamnes à la solitude. Tenter de rares incurssions n’est pas la solution mais rien à faire j’aime pas la production.

Femme de passion, homme d’action ravale ta raison et écoute ton coeur. Pas de battements? Alors tends l’oreille car j’ai à te dire:

Comment briser ce silence ou tu y trouves une paix et une sérénité et où mon cœur n’arrive plus à m’être indulgent et à me pardonner, ce silence même qui me tue. Enfin…un peu à petit feu.

À nu, je grimpe, je parcours et je hurle sans pouvoir me faire entendre mais dois-je me rendre? Ce silence où tu te complais et qui t’animes, me mine mais je fais mine de rien… dans ma tête,on ne forme qu’un.

Et puis me rappelant la réalité de l’échec dans la recherche de ta satisfaction personnelle, l’envie d’être acceptée, de me sentir aimée et peut-être même admirée, je reste divisé.

Ce mutisme qui me rabaisse sans cesse, je vais le combattre alors je m’arme de mes larmes, mes seules armes, je monte au front. Vers une quête d’un bonheur malencontreusement destiné à n’être qu’éphémère, je plonge dans l’abîme, vide de rimes où mon estime ne prime plus. Béni soit-il, Il me rappelle à l’ordre et je m’en sors… moins digne. Profonde est l’amertume du remord quant elle fossilise une faille qui ne peut être que trop grande entre nous.

Puisses-tu dérober ma vue et voir ce qui se tait au plus profond de mon âme? Puisses-tu l’espace d’un moment, d’un instant te rappeler ma réalité, ma vie qui n’a toujours était que tienne?

Echec et mat, vainqueur invaincu au jeu stratégique de la passion. Et moi, face à cette assurance enivrante, cette bonté profondément frustrante meme psychiquement déstabilisante, aurais-je pu jouer autre que franc jeu?

Fruit aigrie de cette passion amère ne me rassasie que trop peu mais comment goûter à autre qu’au souvenir de tes yeux, au toucher de tes doigts? À la douceur de tes lèvres, j’ai compris que je ne pourrais jamais plus être dans l’amour modéré qui te sied si bien, ni même simuler l’être et c’est le plus grand malheur de ma passion

 

Silence Vos poémes Poésies contemporaines

 Poésies contemporaines - Vos poémes - Silence -  Ton silence me lance des lames que je panse tant bien que mal mais je rame.Tu t'éloignes de moi mon Roi? Et moi, je suis le fou de toi, l'hors-la-loi, je ne fais pas le poids et c'est rien, c'est pas ce qu'on me demande.Moi... j'esquisse des sourires au Roi de l'esquive, pas de peines pourvu qu'il rit. Proche du pouvoir, tu me condamnes à la solitude. Tenter de rares incurssions n'est pas la solution mais rien à faire j'aime pas la production.


Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/