Seconde vie

(Publié le 9 décembre 2006) (Mis à jour le: 19 mai 2014)

Un homme sendort au creux de son fauteuil
Entouré par les siens, mais déjà en partance
Son souffle et son cSur ne sont plus que silence
Sur son visage, luisent les larmes quil recueille


Brisant ses liens, il part, voyageur solitaire
Il va à la recherche de son amour perdu
Dans laurore de sa mort, brille une lumière
Cest le paradis qui appelle les cSurs perdus
 
Sur terre ses enfants pleurent sur son corps sans vie
Le père sen est allé, les laissant orphelins
Leurs regards qui se croisent ne voient que chagrin
Mais le père déjà loin, nentend rien de leurs cris
 
Que son âme est légère au seuil du paradis
A ses cotés, deux anges lui montrent le chemin
Et voilà que sa belle vient le prendre par la main
Elle est toujours la même, le temps na rien trahi
 
Un homme sendort au creux de son fauteuil
Il finira sa nuit au fond de son cercueil.

 

Annie Mathieu 




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/