René Char, Histoire et Biographie de Char

(Mis à jour le: 9 août 2017)
René Char, Histoire et Biographie de Char
Evaluer cet article

René Char

René Char est un poète français né le 14 juin 1907 à L’Isle-sur-la-Sorgue et mort le 19 février 1988 à Paris.

Il est connu aussi pour être membre de la résistance armée contre la colonisation de l’Allemagne Nazie.

Vie de René Char

René Émile Char, est né d’Émile Char, un administrateur délégué des plâtrières de Vaucluse et maire de L’Isle-sur-la-Sorgue et de Marie-Thérèse Rouget. Il est le cadet de 4 enfants.

René Char

René Char

Son père meurt en 1918 laissant sa famille dans une situation financière plus ou moins dégradante.

Cependant René, a passé une enfance très sympathique dans leur demeure familiale très vaste. René Char rejoint le Pensionnaire du lycée Mistral d’Avignon. Il continue par la suite ses études universitaires à L’École de Commerce de Marseille. A cette époque il commence à s’intéresser à la lecture et aux écrivains anciens, romantiques et de la renaissance comme Plutarque, François Villon, Racine, Alfred de Vigny, Gérard de Nerval et Charles Baudelaire. En 1924, il part vers la Tunisie pour travailler dans la petite plâtrerie de son père.

En 1927, alors âgé de 20 ans, René effectue son service militaire dans l’artillerie à Nîmes. Son premier recueil voit le jour un an après, Cloches sur le cœur. Dans ce recueil, il rassemblé tous les poèmes écrits entre 1922 et 1926.

En 1929, il crée avec André Cayatte la revue Méridiens.

En novembre de la même année, René Char se joint à Louis Aragon, André Breton et René Crevel dans le groupe surréaliste. Il publie ensuite Profession de foi du sujet dans la revue La Révolution surréaliste.

René Char

René Char

En avril 1930, Char fait sortir un recueil à Nîmes intitulé  Tombeau des secrets, avec un collage de Breton et d’Éluard.

En 1931, il signe les tracts surréalistes concernant le film L’Âge d’or, qui a été réalisé par Dali et Buñuel et attaqué par les ligues de droite. Le filme relate l’exposition coloniale et la situation politique en Espagne.

Pendant l’été de la même année, Char, Nusch et Paul Éluard partent en visite en Espagne chez Dali et Gala.

En octobre 1932, il épousa Georgette Goldstein.

Dans la période de l’occupation allemande de la France, René Char se tourne à la résistance avec le pseudonyme Capitaine Alexandre. Il participe à la résistance armée et son QG fut installé à Céreste aux Basses-Alpes.

René Char fut énormément marqué par la Seconde Guerre mondiale. Il garda son pessimisme même après la fin de la guerre. Il estime que la situation politique en France et dans le monde n’est pas réellement stable.

Son pessimisme a été senti dans ses poèmes et ses recueils notamment À une sérénité crispée et L’Âge cassant. Il développa des idées très proches de celle d’Albert Camus, avec qui il entama une amitié très fidèle.

Lors d’une exposition d’art moderne organisée dans la grande chapelle du Palais des papes d’Avignon, René avec Christian Zervos demandent à Jean Vilar, un acteur, metteur en scène et directeur de théâtre, qu’il fasse une mise en scène de Meurtre dans la cathédrale créé en 1945.

A cette époque, il refusa, mais il revient en 1947 avec 3 nouvelles créations qui sont La Tragédie du roi Richard II, de Shakespeare, La Terrasse de midi, de Maurice Clavel, et L’Histoire de Tobie et de Sara, de Paul Claudel. Ce fut alors la naissance du Festival d’Avignon.

Dans les années 1950 et 1960, René Char a atteint sa maturité poétique avec Les Matinaux, La Bibliothèque est en Feu, Lettera amorosa, Retour Amont…

En 1966, il contribue aux manifestations pour faire face à l’installation des missiles à tête nucléaire sur le plateau d’Albion.

René Char est décédé le 19 février 1988 suite à une crise cardiaque.




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/