Pour et Contre

(Publié le 29 mai 2015) (Mis à jour le: 29 mai 2015)

À bon port arrimé, depuis quelques années,
Mon navire bien aimé, voudrait bien voyager.
Son âme est bien en peine, sa liberté est veine,
Il aimerait sans chaînes, voguer vers un éden.

Joyau des océans, lève l’ancre à présent,
Va donc au gré du vent, oublier ce tourment.
Quand va l’homme à l’amer, que vogue la galère,
Sous les coups du tonnerre, lassé il désespère.

Puis revient l’éclaircie, du fin fond de l’ennui,
Grâce au chant de l’envie, des sirènes aux yeux gris.
Parti à dériver, tout à coup égaré,
Son port si désiré, se mit à lui manquer.

Alors il retourna, peu à peu sur ses pas,
Mais il ne retrouva, qu’un fantôme ici-bas.
Profonde est la blessure, quand l’amour ne perdure,
Abîmé par l’usure, d’une vie de parjure.

Éternelle




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/