Poison perdu

(Mis à jour le: 23 décembre 2015)
Des nuits du blond et de la brune
Pas un souvenir n’est resté
Pas une dentelle d’été,
Pas une cravate commune ;
Et sur le balcon où le thé
Se prend aux heures de la lune
Il n’est resté de trace, aucune,
Pas un souvenir n’est resté.

Seule au coin d’un rideau piquée,
Brille une épingle à tête d’or
Comme un gros insecte qui dort.


Pointe d’un fin poison trempée,
Je te prends, sois-moi préparée
Aux heures des désirs de mort.

Premiers poèmes
Germain Nouveau

Poison perdu Premiers poèmes Poésie Germain Nouveau

 Poésie Germain Nouveau - Premiers poèmes - Poison perdu -  Des nuits du blond et de la brune Pas un souvenir n'est resté



Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/