Poème de CATHERINE DES ROCHES dédié à son amant espagnol

(Publié le 12 mai 2015) (Mis à jour le: 12 mai 2015)

Quand je suis de vous absente

Sincero, mon beau soleil,

Je n’ai rien qui me contente,

La nuit je perds le sommeil ;

Le jour je fuis la lumière

Et mas tristes yeux enclos

Prisonniers de la paupière,

Ne sont jamais en repos.


Je n’aime de la prairie

Le bel email précieux

Ni la campagne fleurie

Né sçauroit plaire à mes yeux ;

Je suis tant mélancolique

Que les plus gracieux sons

Et la plus douce musique

M’ennuyent de leurs chansons.


Je ne veux ouir personne

Pour discourir ou parler ;

Je n’entends rien qui résonne,

Que ma plainte dedans l’air

Mes compagnes qui s’ennuyent

De mon amoureux émoi,

Toutes dépites s’enfuient

Et se retirent de moi.


Jamais on ne me voit rire,

Jamais on ne m’oit chanter ;

Incessamment je soupire

Et ne fais que lamenter ;

Je n’ai bien, plaisir ni joye ;

Sincero mon cher souci,

Jusqu’à ce que je vous voye,

Je serai toujours ainsi.




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/