Pan et la Fortune

(Mis à jour le: 28 décembre 2015)
Un jeune grand seigneur à des jeux de hasard
Avait perdu sa dernière pistole,
Et puis joué sur sa parole :
Il fallait payer sans retard ;
Les dettes du jeu sont sacrées.
On peut faire attendre un marchand,
Un ouvrier, un indigent,
Qui nous a fourni ses denrées ;
Mais un escroc ? L’honneur veut qu’au même moment
On le paye, et très poliment.


La loi par eux fut ainsi faite.
Notre jeune seigneur, pour acquitter sa dette,
Ordonne une coupe de bois.
Aussitôt les ormes, les frênes,
Et les hêtres touffus, et les antiques chênes,
Tombent l’un sur l’autre à la fois.
Les faunes, les sylvains, désertent les bocages ;
Les dryades en pleurs regrettent leurs ombrages ;
Et le dieu Pan, dans sa fureur,
Instruit que le jeu seul a causé ces ravages,
S’en prend à la Fortune : ô mère du malheur,
Dit-il, infernale furie,
Tu troubles à la fois les mortels et les dieux,
Tu te plais dans le mal, et ta rage ennemie…
Il parlait, lorsque dans ces lieux
Tout-à-coup paraît la déesse.
Calme, dit-elle à Pan, le chagrin qui te presse ;
Je n’ai point causé tes malheurs :
Même aux jeux de hasard, avec certains joueurs,
Je ne fais rien. -qui donc fait tout ? -l’adresse.

 

Les Fables Livre 5

Jean-Pierre Claris de Florian

Pan et la Fortune Les Fables Livre 5 Poésie Jean-Pierre Claris de Florian

 Poésie Jean-Pierre Claris de Florian - Les Fables Livre 5 - Pan et la Fortune -  Un jeune grand seigneur à des jeux de hasard Avait perdu sa dernière pistole,



Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/