Le malade imaginaire ACTE III Scène 6

(Publié le 27 mars 2011) (Mis à jour le: 18 janvier 2016)

Le malade imaginaire ACTE III Scène 6

Argan, Béralde

Argan

Ah ! mon Dieu ! je suis mort… Mon frère, vous m’avez perdu.

Béralde

Quoi ! qu’y a-t-il ?

Argan

Je n’en puis plus. Je sens déjà que la médecine se venge.

Béralde

Ma foi, mon frère, vous êtes fou; et je ne voudrais pas, pour beaucoup de choses, qu’on vous vit faire que ce vous faites. Tatez-vous un peu, je vous prie; revenez à vous-même, et ne donnez point tant à votre imagination.

Argan

Vous voyez, mon frère, les étranges maladies dont il m’a menacé.

Béralde

Le simple homme que vous êtes !

Argan

Il dit que je deviendrai incurable avant qu’il soit quatre jours.

Béralde

Et ce qu’il dit, que fait-il à la chose ? Est-ce un oracle qui a parlé ? il semble, à vous entendre, que monsieur Purgon tienne dans ses mains le filet de vos jours, et que, d’autorité suprême, il vous l’allonge et vous le raccourcisse comme il lui plaît. Songez que les principes de votre vie sont en vous-même, et que le courroux de monsieur Purgon est aussi peu capable de vous faire mourir que ses remèdes de vous faire vivre. Voici une aventure, si vous voulez, à vous défaire des médecins, ou, si vous êtes né à ne pouvoir vous en passer, il est aisé d’en avoir un autre avec lequel, mon frère, vous puissiez courir un peu moins de risque.

Argan

Ah ! mon frère, il sait tout mon tempérament et la manière dont il faut me gouverner.

Béralde

Il faut vous avouer que vous êtes un homme d’une grande prévention, et que vous voyez les choses avec d’étranges yeux.

Le malade imaginaire ACTE III Scène 6

Le malade imaginaire

ACTE III Scène 6 le malade imaginaire

La pièce de Théâtre Le malade imaginaire par Molière




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/