Le Cid ACTE II Scène III

(Publié le 20 avril 2011) (Mis à jour le: 25 janvier 2016)
Evaluer cet article
Le Cid ACTE II Scène III

L’infante, Chimène, Léonor

L’infante

Apaise, ma Chimène, apaise ta douleur,

Fais agir ta constance en ce coup de malheur,

Tu reverras le calme après ce faible orage,

Ton bonheur n’est couvert que d’un peu de nuage,

Et tu n’as rien perdu pour le voir différer.

Chimène

Mon cœur outré d’ennuis n’ose rien espérer.

Un orage si prompt qui trouble une bonace

D’un naufrage certain nous porte la menace;

Je n’en saurais douter, je péris dans le port.

J’aimais, j’étais aimée, et nos pères d’accord;

Et je vous en contais la charmante nouvelle

Au malheureux moment qui naissait leur querelle,

Dont le récit fatal, sitôt qu’on vous l’a fait,

D’une si douce attente a ruiné l’effet.

Maudite ambition, détestable manie,

Dont les plus généreux souffrent la tyrannie !

Honneur impitoyable à mes plus chers désirs,

Que tu me vas coûter de pleurs et de soupirs !

L’infante

Tu n’as dans leur querelle aucun sujet de craindre:

Un moment l’a fait naître, un moment va l’éteindre.

Elle a fait trop de bruit pour ne pas s’accorder,

Puisque déjà le roi les veut accommoder;

Et tu sais que mon âme, à tes ennuis sensible,

Pour en tarir la source y fera l’impossible.

Chimène

Les accommodements ne font rien en ce point:

De si mortels affronts ne se réparent point.

En vain on fait agir la force ou la prudence;

Si l’on guérit le mal, ce n’est qu’en apparence.

La haine que les cœurs conservent au-dedans

Nourrit des feux cachés, mais d’autant plus ardents.

L’infante

Le saint nœud qui joindra don Rodrigue et Chimène

Des pères ennemis dissipera la haine;

Et nous verrons bientôt votre amour le plus fort

Par un heureux hymen étouffer ce discord.

Chimène

Je le souhaite ainsi plus que je ne l’espère;

Don Diègue est trop altier, et je connais mon père.

Je sens couler des pleurs que je veux retenir;

Le passé me tourmente, et je crains l’avenir.

L’infante

Que crains-tu ? d’un vieillard l’impuissante faiblesse ?

Chimène

Rodrigue a du courage.

L’infante

Il a trop de jeunesse.

Chimène

Les hommes valeureux le sont du premier coup.

L’infante

Tu ne dois pas pourtant le redouter beaucoup:

Il est trop amoureux pour te vouloir déplaire;

Et deux mots de ta bouche arrêtent sa colère.

Chimène

S’il ne m’obéit point, quel comble à mon ennui !

Et s’il peut m’obéir, que dira-t-on de lui ?

Étant né ce qu’il est, souffrir un tel outrage !

Soit qu’il cède ou résiste au feu qui me l’engage,

Mon esprit ne peut qu’être ou honteux ou confus

De son trop de respect, ou d’un juste refus.

L’infante

Chimène a l’âme haute, et quoique intéressée,

Elle ne peut souffrir une basse pensée;

Mais si jusques au jour de l’accommodement

Je fais mon prisonnier de ce parfait amant,

Et que j’empêche ainsi l’effet de son courage,

Ton esprit amoureux n’aura-t-il point d’ombrage ?

Chimène

Ah ! madame, en ce cas je n’ai plus de souci.

Le Cid ACTE II Scène III

L’infante, Chimène, Léonor

La pièce de Théâtre Le Cid par Pierre Corneille.



Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/