La Mort Des Citadins

(Mis à jour le: 8 mai 2014)
Evaluer cet article

(Inspiré par la série de poèmes “La Mort” de C. Baudelaire)

Ce sont ces passants désertés des rues,

Voyageant chez eux pendant les repas,

Vers leurs ambitions, terres inconnues,

des passants

 

Ce sont eux passant la vie en trépas.


A leurs fenêtres des fleurs suspendues ;


Eux à l’attente d’un vide, un coma,


Un cancer, un meurtre et fins incongrues,


Maisons tombales en seuil du glas.


Ce sont des zombies, l’allure livide,


Le pas hasardeux et le regard vide,


La muette voix dépouillée de verbe.


C’est le fatal prix de leur monde avide,


C’est une non-vie, natal génocide,


C’est un gris néant décoloré d’herbe.





Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/