La balance de Minos

(Mis à jour le: 28 décembre 2015)
Minos, ne pouvant plus suffire
Au fatigant métier d’entendre et de juger
Chaque ombre descendue au ténébreux empire,
Imagina, pour abréger,
De faire faire une balance
Où dans l’un des bassins il mettait à la fois
Cinq ou six morts, dans l’autre un certain poids
Qui déterminait la sentence.
Si le poids s’élevait, alors plus à loisir
Minos examinait l’affaire ;


Si le poids baissait au contraire,
Sans scrupule il faisait punir.
La méthode était sûre, expéditive et claire ;
Minos s’en trouvait bien. Un jour, en même temps,
Au bord du Styx la mort rassemble
Deux rois, un grand ministre, un héros, trois savants.
Minos les fait peser ensemble.
Le poids s’élève, il en met deux,
Et puis trois, c’est en vain ; quatre ne font pas mieux.
Minos, un peu surpris, ôte de la balance
Ces inutiles poids, cherche un autre moyen ;
Et, près de là voyant un pauvre homme de bien
Qui dans un coin obscur attendait en silence,
Il le met seul en contrepoids :
Les six ombres alors s’élèvent à la fois.

 

Les Fables Livre 3

Jean-Pierre Claris de Florian

La balance de Minos Les Fables Livre 3 Poésie Jean-Pierre Claris de Florian

 Poésie Jean-Pierre Claris de Florian - Les Fables Livre 3 - La balance de Minos -  Minos, ne pouvant plus suffire Au fatigant métier d'entendre et de juger



Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/