Janot et Catin

(Publié le 27 juillet 2000) (Mis à jour le: 2 novembre 2016)

J’ai composé ces stances en vieil style, à la manière du blason des
fausses amours, et de celui des folles amours dont l'auteur est
inconnu. Il y en a qui les attribuent à l'un des Saint-Gelais. Je ne
suis pas de leur sentiment, et je crois qu'ils sont de Crétin.



Un beau matin,
Trouvant Catin
Toute seulette,
Pris son tétin
De blanc satin,
Par amourette:
Car de galette,
Tant soit mollette,
Moins friand suis pour le certain.
Adonc me dit la bachelette:
Que votre coq cherche poulette;
Ici ne fera grand butin.

Telle censure
Ne fut si sure
Qu’elle espéroit:
De ma fressure
Dame Luxure
Jà s'emparoit.
En tel détroit
Mon cas estoit,
Que je quis meilleure aventure:
Catin ce jeu point n'entendoit;
Mieux attaquois, mieux défendoit;
Dont je souffris peine très dure.

Pendant l’étrif ,
D'un ton plaintif
Dis chose telle:
Las moi chétif,
En son esquif
Charon m'appelle.
Cessez donc belle
D’être cruelle
A cetuy votre humble captif,
Il est à vous, foie et ratelle .
Bien grand merci, répondit-elle;
Besoin n'ai d'un tel apprentif.

JANOT
Je vous affie
Et certifie
Que quelque jour
J'ai bonne envie
Ne vous voir mie
Dure à l'étour :
Le dieu d'amour
Sait plus d'un tour;
Que votre cœur trop ne s'y fie;
Car quant à moy j'ay belle paour
Qu'à vous férir n'ait le bras gourd;
Le contemner est donc folie.

CATIN
Vous n'avez pas
Bien pris mon cas
Ne ma sentence ;
De tomber, las,
D'amour ès lacs
Ne fais doutance.
Mais telle offense,
En conscience ,
Ne commettrois pour cent ducats:
Que ce soit donc votre plaisance,
De me laisser en patience,
Et de finir cet altercas.

JANOT
Alors qu'on use
De vaine excuse
C'est grand défaut;
Telle refuse,
Qui après muse,
Dont bien peu chault:
Car point ne fault
Tout homme caut
A chercher mieux quand on l'amuse;
Dont je conclus qu'en amours faut
Battre le fer quand il est chaud,
Sans chercher ni détour ni ruse.

Onc en amours
Vaines clamours
Ne me reviennent;
Roses et flours,
Tous plaisans tours,
Mieux y conviennent:
Assez tost viennent,
Voire et proviennent
Du temps qu'on perd douleurs et plours:
Tant que tels cas aux gens surviennent,
C'est bien raison qu'ils entretiennent
En tout déduit leurs plus beaux jours.

Ainsi preschois,
Et j'émouvois
Cette mignonne;
Mes mains fourrois,
Usant des droits
Qu'Amour nous donne.
Humeur friponne
Chez la pouponne
Se glissa lors en tapinois.
Son œil me dit en son patois:
Berger berger, ton heure sonne;
J'entendis clair, car il n'est homme
Plus attentif à telle voix.
Ami lecteur qui ceci veois,
Ton serviteur qui Jean se nomme
Dira le reste une autre fois.



  1. 27 juin 2007 @ 08:03 KElkun


    Nul…
    Les vers sont trops courts, heureusement que tu n’es qu’apprenti…Ça me désolé de voir de spoèmes comme ça :sigh: 🙁

    Répondre


Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/