Jacques-Bénigne Bossuet, histoire et biographie de Bossuet

(Mis à jour le: 31 août 2017)
Evaluer cet article

Homme d’Eglise très respecté dans la religion catholique de par sa place d’Evêque de Meaux, prédicateur, mais aussi écrivain d’origine française, Jacques-Bénigne Bossuet porte le surnom de l’ « Aigle de Meaux ». L’homme voit le jour à Dijon, le 27 septembre 1627 et décède à Paris le 12 avril 1704.

Enfance et début au sein de l’Eglise

Bossuet est issu d’une famille de magistrats originaires de Dijon. Il y naît et y passe une grande partie de son enfance en fréquentant le collège des Jésuites de Dijon. On lui inculque une éducation simple et classique et très tôt, le jeune garçon prend goût aux matières littéraires telles que les langues anciennes. Il apprend le latin et le grec.

Quelques liens

Lorsqu’il est âgé de 15 ans, il intègre le collège de Navarre, à Paris en se consacrant à la philosophie et à la théologie. Il envisage une carrière au sein de l’Eglise, mais s’initie pour un temps à la vie mondaine. Il intègre finalement le saint lieu en 1648 en devenant sous-diacre sous l’ordonnance de Sébastien Zamet. Il commence également à écrire ses premières œuvres intitulées Méditation sur la Brièveté de la Vie, puis Méditation sur la félicité des saints. Il obtient son doctorat en théologie en 1652, puis devient prêtre avant d’être ordonné archidiacre de Sarrebourg, ensuite celui de Metz en 1654.

Célèbre pour ses mots

Au sein de l’Eglise, Bossuet se fait connaître auprès des croyants pour la profondeur de ses sermons. Il se fait plus particulièrement remarqué par la reine-mère et le roi lors de sermons qu’il donne à l’occasion de l’Avent et du Carême. Il a également participé à la conversion au catholicisme de plusieurs personnalités dont Turenne et Mademoiselle de Duras. Ses sermons ont une telle popularité qu’ils sont de plus en plus imprimés sur papier pour être considérés comme de véritables œuvres littéraires. Deux cents sont à son nom alors que plus de quatre cents n’ont pu être conservés par écrit.

Jacques-Bénigne Bossuet, histoire et biographie de Bossuet

L’homme use également de paroles justes et sensées lors de multiples Oraisons funèbres. Il est doué pour apaiser la peine des familles en deuil et pour guider l’âme des défunts à trouver le chemin de la lumière. On conservera également de lui, 12 oraisons funèbres.

D’Evêque à précepteur

Bossuet tient le rôle d’Evêque de Condom pour la première fois le 21 septembre 1670 en étant sacré par Charles-Maurice Le Tellier. Il décide cependant d’abandonner son rôle en tant que tel seulement une année après pour devenir précepteur du dauphin, le fils de Louis XIV. Il gardera ce rôle pendant 10 ans. Il prend soin de lui inculquer les leçons sur l’histoire du pays à partir de livres qu’il écrit lui-même. Le dauphin se marie avec Marie-Anne de Bavière et dès lors, la tâche de Bossuet arrive à sa fin. L’année suivante, en 1681, il est sacré une fois de plus Evêque de Meaux. La plupart des œuvres qu’il écrira dès lors toucheront essentiellement à la théologie.

Décès

Jacques-Bénigne Bossuet s’éteint le 12 avril 1704 à Paris suite à plusieurs années de souffrance dues à la maladie de la pierre. L’autopsie a pu démontrer qu’une grosse pierre se trouvait dans sa vessie.




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/