Insultes du temps

(Publié le 30 novembre 1999) (Mis à jour le: 8 mai 2014)

La façade était blanche
La moindre souillure
Rompait sa perfection
Un cri tombé du ciel
Des larmes brûlantes

D’un nuage attristé
Une fiente inattendue
D’un oiseau de passage
S’ajoutaient aux
Insultes du temps
Aux injures subies
Par tous les bâtiments
Noirceur des fumées
Taches et fêlures
Chant zigzagant
Des moindres fêlures

Pareille à notre âme
Une façade
N’est jamais blanche
Que jusqu’à ses
Premiers tourments

Jacques Herman
2012

 




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/