Horace ACTE IV Scène I

(Publié le 10 août 2011) (Mis à jour le: 25 janvier 2016)

Horace ACTE IV Scène I

Horace par Pierre Corneille

Le vieil Horace

Ne me parlez jamais en faveur d’un infâme;

Qu’il me fuie à l’égal des frères de sa femme:

Pour conserver un sang qu’il tient si précieux,

Il n’a rien fait encor s’il n’évite mes yeux.

Sabine y peut mettre ordre, ou derechef j’atteste

Le souverain pouvoir de la troupe céleste…

Camille

Ah ! Mon père, prenez un plus doux sentiment;

Vous verrez Rome même en user autrement;

Et de quelque malheur que le ciel l’ait comblée,

Excuser la vertu sous le nombre accablée.

Le vieil Horace

Le jugement de Rome est peu pour mon regard,

Camille; je suis père, et j’ai mes droits à part.

Je sais trop comme agit la vertu véritable:

C’est sans en triompher que le nombre l’accable;

Et sa mâle vigueur, toujours en même point,

Succombe sous la force, et ne lui cède point.

Taisez-vous, et sachons ce que nous veut Valère.

Horace ACTE IV Scène I

La pièce de Théâtre Horace par Pierre Corneille.




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/