Guy Béart n’est plus

(Mis à jour le: 14 avril 2016)

Guy Béart, le troubadour intransigeant est mort ce 16 septembre à 84 ans. C’est une immense perte pour le monde musical français puisqu’il est l’un des piliers de la chanson française pour laquelle, d’ailleurs, il s’est toujours battu afin qu’elle ne soit plus considérée comme un art mineur. Petite rétrospective sur son parcours…

Biographie

Guy Béart est né Guy Béhart le 16 juillet 1930 au Caire, en Egypte. Son père était expert-comptable et voyageait beaucoup à travers le monde emmenant à chaque fois sa petite famille avec lui. Le chanteur était alors un voyageur né et de pays en pays, le « h » de son nom a fini par tomber. Guy Béart a grandi à travers le monde surtout au Mexique avant de s’installer pour de bon à Paris à l’âge de 17 ans. Il y intégra le lycée Henri IV. Grâce à ces déplacements qui ont marqué son enfance, Guy Béart est resté très attaché à l’Orient et nourrit toujours des rêves d’ailleurs. Il a d’ailleurs exprimé cette envie de liberté dans une de ses chansons intitulée L’Eau Vive dans laquelle il clame la liberté. Ce morceau a été composé pour le film Contre les barrages de François Villiers et Jean Giono.

Guy Beart

Ingénieur de métier

Une fois ses études terminées, Guy Béart a d’abord travaillé en tant que spécialiste de l’étude des cristaux et de la fissuration du béton. Il était, à cette époque, membre des Ingénieurs des Ponts et chaussées. En parallèle, l’amour de l’art ne le quitte pas et il se mit à écrire des pièces de théâtre et chantait avec sa guitare pour ses copains de La Colombe, un établissement dirigé par Michel Valette. Voyant son talent dans la chanson, Jacques Canetti, patron des Trois Baudets, l’engage dans son cabaret de Pigalle où Guy Béart commença à se produire aux côtés de Mouloudji, Devos, Pierre Dac, Francis Blanche et Brel.

Un succès immédiat

Guy Béart a séduit le public avec sa voix particulière, son ton et son accent chaud. Lorsqu’en 1955, il a chanté dans la loge de Brassens au Théâtre de verdure à Nice, l’artiste fut tout de suite subjugué. Très vite, son style est copié par d’autres artistes tels que Patachou, Juliette Gréco, Yves Montard, Zizi Jeanmaire, Colette Renard et Maurice Chevalier. Dès son premier album qu’il a enregistré à 27 ans, Guy Béart est acclamé par le public. Durant un de ses interviews, il a même clairement admis que le succès fut immédiat et qu’il n’a pas été obligé, comme bon nombre d’artistes, de vivre des vaches maigres et de jouer un personnage. Le public l’a tout de suite accepté tel qu’il est à savoir Guy Béart.

250 chansons

Durant toute sa carrière, Guy Béart a eu le temps de se composer un joli catalogue de plus de 250 chansons. Même si de son vivant, l’artiste a parfois été absent, s’est coupé du monde et a même arrêté la chanson pendant un temps, mais il n’a jamais réellement décroché. La preuve, alors que tous ses fans le croyaient être parti en retraite pour de bon, Guy Béart est sorti de son silence de 11 ans à 80 ans avec un nouvel album intitulé Le Meilleur des choses. Quatre années après cet album, il est monté en scène à l’Olympia en janvier 2015 et a tenu pendant quatre heures non stop. Son ami de toujours, Julien Clerc et sa fille Emmanuelle Béart l’a soutenu pendant ce spectacle. Quant à ses fans, ils étaient partagés entre l’admiration et les moqueries, mais au fond, tous étaient contents de revoir leur idole sur scène malgré son grand âge.

Un homme de l’ombre

Guy Béart était un artiste accompli et un homme de scène. Malgré son succès, il n’a jamais vraiment aimé les maisons de disque, les labels indépendants et les majors. Il fuyait même la télévision et ce, même s’il fut un temps, en 1966, présentateur sur petit écran de l’émission « Bienvenue ». C’était une période où il aimait bien la télévision, mais comme toujours, cela n’a pas duré. Non seulement parce que l’homme de l’ombre qu’il est, a ressurgi, mais aussi parce qu’il a eu un de ses plus beaux esclandres sur le petit écran. En effet, en 1988, Guy Béart et Serge Gainsbourg ont eu des mots assez violents parce que Béart n’a pas supporté qu’on considère la chanson française comme un art mineur.

Un homme reclus dans sa tanière

Avec une carrière bien remplie, Guy Béart est parti se terrer dans sa maison de Garches. Pour sa famille et ses amis, sa maison était sa tanière, une tanière dans laquelle il a accueilli des grands noms artistiques et même Georges Pompidou. Son domaine, il l’a acheté en 1967 lorsque son morceau Vive la Rose rencontra le succès. Le domaine s’étend sur une surface de 1 200 m² et il s’agit de l’ancienne demeure de l’ambassadeur d’Autriche. C’est dans ce lieu de pèlerinage que Guy Béart vivait, travaillait et recevait ses relations intimes et professionnelles.

Une carrière jonchée de procédures judiciaires

S’il y a bien un qualificatif que l’on donnerait à Guy Béart, c’est « difficile ». En effet, l’homme était difficile à cerner et était aussi une tête de mule. Cela explique le fait que sa carrière fut jonchée de procédures judiciaires, le plus souvent pour récupérer les droits de ses chansons. C’est ce type d’affaire qui l’a par exemple opposé à Philips de 1963 à 1978.

Chanteur et producteur

Guy Béart a été l’un des premiers chanteurs à avoir créé sa propre maison d’édition. Il a d’abord ouvert Espace, puis l’Auto Production des Artistes au Micro pour enfin aboutir à Temporel, sa société de production phonographique qui est aujourd’hui devenue Bienvenue. Pour lui, ses partenaires n’étaient que des distributeurs et il ne voulait pas en entendre plus. Indépendant comme il est, Guy Béart peut se vanter d’en être arrivé à ce qu’il est grâce à son charisme, sa tête de mule et sa voix.

Les circonstances de son décès

Lorsqu’en janvier 2015, l’artiste est resté sur scène pendant plus de quatre heures, cela ne lui a rien fait. Lorsqu’un cancer lui a été diagnostiqué, Guy Béart ne s’est pas laissé abattre. C’est finalement une crise cardiaque qui a eu raison de son dernier souffle. La crise l’a frappé de plein fouet alors qu’il sortait de chez le coiffeur, à Garches. Il n’a pu être réanimé de nouveau. Avec cette disparition, Guy Béart laisse un grand vide dans la chanson française.

Toutes nos condoléances à ses proches.




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/