Divine fontaine

(Publié le 11 juin 2006) (Mis à jour le: 8 mai 2014)

Il se penche, soudain, vers la source jaspée
Et ses doigts repliés, qui forment une coupe,
Vers sa bouche louvoient, tout comme une chaloupe
Et viennent abreuver son palais assoiffé.

Ô rivière bénie, ô rivage fécond,
Vous avez traversé tant de terres arides,
De cascade en cascade, de ru en sillon,
Vos larmes vous portaient vers des rives limpides.

En pays inconnus, dans des îles lointaines,
Ils ont tant voyagé, sur les ailes du vent,
Pour t’inonder d’eau pure, divine fontaine,
Où se penche celui que j’aime et qui m’attend.




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/