Dans la mécanique des rêves

(Publié le 30 novembre 1999) (Mis à jour le: 8 mai 2014)

Dans la mécanique des rêves
Des rouages sont grippés
Les châtaigniers en fleurs
Hurlent à la mort
Comme le bois des pendus

 

Sur la crête embrumée de la colline
L'herbe rare jaunit
L'air devient irrespirable
Quelques-uns parmi nous
Aspirent à descendre
Au fond de la vallée
Mais on raconte
Que des relents de cuisine
S'y mêlent à d'âcres odeurs
De cadavres pourris
Alors on attend
Que passent les heures
On garde l'œil rivé
Sur les aiguilles du cadran
De l'église désaffectée
Mais elles demeurent
Désespérément immobiles
D'entre les vignes surgissent
Des gémissements
Ponctués de cris suraigus
Le ciel à l'horizon noircit
Comme si les dieux
Agressifs et remuants
Soudain au comble de la désespérance
Se plaisaient à déverser de l'encre
Sur le monde qui n'en peut plus
Jacques Herman
2010

 




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/