Comme des soldats enracinés

(Publié le 30 novembre 1999) (Mis à jour le: 8 mai 2014)

Deux grands cyprès

Montaient la garde

Comme des soldats enracinés

En ce matin froid de novembre

Je ne pouvais me figurer

Vos dépouilles à mes pieds

 

Lorsque la brume en tremblant

Progressivement se dissipa

Je revins tout hésitant

Sur mes pas

A l’entrée du cimetière

Des gamins mal fagotés

Vendaient des pots de chrysanthèmes

Est-ce auprès des vivants qu’on aime

Qu’il nous faut toujours retourner 

 

© Jacques Herman- 2006

 




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/