Cabillauds

(Publié le 30 novembre 1999) (Mis à jour le: 8 mai 2014)

Qui parle d'amour ici
Hurle un ivrogne qui
Tape du poing sur le comptoir
Et fait trembler son verre
Un couple attablé
Près de la fenêtre

 


Semble n'avoir
Rien entendu
Elle observe les anges
Grassouillets et nus
Qui montent et descendent
A grands coups d'ailes
Dans le ciel gris
Tandis que lui
N'a d'yeux que pour
Les marchandes de poissons frais
Qui viennent d'installer
Leurs énormes tréteaux
Tout au long du quai
Et pour les écailles luisantes
Des cabillauds
Jacques Herman
Mai 2009 

 




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/