Poésie Cypora SEBAGH

 

DESTINEE

Je suis née pour mourir ; il faudra que je meure.
Mais, avant que mon âme, ne s’envole aux cieux,
Avant, qu’au sablier du temps, ne sonne l’heure,
Je veux encor aimer, avant l’ultime adieu.

La suite dans mes poémes :) 

 

Recueils de poèmes

Poésie Cypora SEBAGH

Comme une eau de satin, cascade jaillissante
De la mélancolie d’un printemps suranné,
Dans les pourpres sillons de l’aube renaissante,
Vient se désaltérer au vent de mes pensées ;

Comme en quête d’ivresse où mon crayon s’égare,
Où l’écriture danse sur le papier froissé,
Distillant, dans mes yeux, un étrange regard
D’un poème d’hier qu’on ne peut effacer ;
Lire la suite...

Poésie Cypora SEBAGH

J’ai versé tant de pleurs sur cette sépulture !
J’ai erré si longtemps sans trouver le repos !
Car celui qui y gît, ma tendre déchirure,
Une nuit de décembre a épousé les flots.

C’est en lui, confident pour l’amour et la peine,
Que j’ai remis mon cœur, déposé ma raison,
Il m’a donné le grain de sa riche moisson,
Mon berger était roi et je fus souveraine.
Lire la suite...

Poésie Cypora SEBAGH

J’ai foulé, tant de fois, les routes, les chemins,
Les sentiers tapissés des lilas qui s’y posent,
J’ai contemplé, émue, les plus beaux des matins
Quand la rosée étreint et parfume les roses.

J’ai couru dans les blés, cueilli les fleurs des champs,
J’ai humé leurs parfums et les arbres m’ont dit
Que mes rires s’enroulaient aux cheveux du vent
Et ma mélancolie aux larmes de la  pluie.
Lire la suite...

Poésie Cypora SEBAGH

La lune mord le ciel et, une pluie d’étoiles
Tombant du firmament envahit mon poème ;
Le soir appesantit mes rimes qui se voilent,
Dans un demi-sommeil, mes songes les essaiment.

Du sablier des cieux, le marchand de sommeil
Laisse la nuit couler jusqu’à la délivrance,
Son ombre se déploie comme un essaim d’abeilles
Et soudain disparaît au détour du silence.
Lire la suite...

Poésie Cypora SEBAGH

Dis-lui que le zéphyr a éteint la chandelle,
La source, qui vivait dans mes yeux, s’est tarie
Et qu’il n’en reste rien, pas même une parcelle,
Même les souvenirs heureux se sont enfuis.

Dis-lui que, plus jamais, lorsque tu le verras,
Mon cœur cadenassé bondit de ma poitrine,
Je ne le pleure plus et ne regrette pas
Ses belles mains racées, ni sa lèvre assassine.
Lire la suite...

Poésie Cypora SEBAGH

Vois, le printemps pressé ne tient plus qu’à un fil :
Bâtissant son ourlet sur les cendres d’Avril,
Son aiguille sertit les épines des roses
Dans les sentiers battus qui se métamorphosent.

Déjà, tous les bourgeons entrouvrent les paupières
Et le merle moqueur fredonne sa chanson,
Dans le lit du ruisseau, un cerf se désaltère,
Do, ré, mi, fa, sol, la, et brame à l’unisson.

Le soleil, par degrés, de la brume s’évade,
Sur la pointe des pieds, voici venir l’aurore,
Un tesson scintillant, lui portant l’estocade,
L’essaime, effrontément, en mille goûtes d’or.

Poésie Cypora SEBAGH

Je me souviens de lui, comme si c’était hier,
Son visage cuivré, sillonné par les ans,
La pipe qu’il fumait dans un nuage blanc,
Ses mains calleuses, rudes, qui labouraient la terre.

Les pieds dans les sabots depuis l’aube à la nuit,
Faut tirer l’eau du puits, abreuver les chevaux,
A la tombée du jour, ramener le troupeau,
Un labeur harassant : voilà toute sa vie !
Lire la suite...

Poésie Cypora SEBAGH

Ah ! J’ai bu, cette nuit, ce délicieux breuvage,
Ce filtre délicat que l’on nomme l’amour
Et mes sens, éprouvés par des baisers sauvages,
Semblaient errer du rêve au sommeil tour à tour.

Mon vaisseau a sombré mille fois alentour
Dans les yeux de celui qui causa mon servage.
A l’aube bigarrée, un peu avant le jour,
Il m’a tendu la main m’amenant au rivage.
Lire la suite...

Poésie Cypora SEBAGH

Par la magie des mots, commence ce poème
Et les images floues des bribes de mémoire
Palpitent doucement lorsque revient le soir,
M’enivrant de parfums comme un vin de bohème.

Un bonheur rien qu’à moi avait conquis mon cœur,
Je sentais, sur ma peau, la chaleur de ses mains,
Nous avions parcouru la moitié du chemin :
La rivière à la source, le bourgeon à la fleur.
Lire la suite...

Poésie Cypora SEBAGH

Chaque jour, il revient fiancé du levant,
De ses doigts amoureux, il caresse le monde,
Mais, le soir, ses rayons, embrasant le couchant,
Plonge ses ongles d’or en des gorges profondes.

Dans le noir océan, il enfonce ses guêtres
Et son âme altérée lentement s’y dissout ;
L’horizon s’obscurcit, des étoiles vont naître,
Un silence frileux insinue ses dessous.
Lire la suite...

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/