Les amours de Diane

Les amours de Diane

Evaluer cet article

Celui que l’Amour range à son commandement
Change de jour en jour de façon différente.
Hélas ! j’en ai bien fait mainte preuve apparente,
Ayant été par lui changé diversement.

Je me suis vu muer, pour le commencement,
En cerf qui porte au flanc une flèche sanglante,
Depuis je devins cygne, et d’une voix dolente
Je présageais ma mort, me plaignant doucement.

Après je devins fleur, languissante et penchée,
Fuis je fus fait fontaine aussi soudain séchée,

Lire la suite...

Les amours de Diane

Evaluer cet article

Un doux trait de vos yeux, ô ma fiere deesse !
Beaux yeux, mon seul confort,
Peut me remettre en vie et m’oster la tristesse
Qui me tient à la mort.
Tournez ces clairs soleils, et par leur vive flame
Retardez mon trespas :

Un regard me suffit : le voulez-vous, madame ?
Non, vous ne voulez pas.
Un mot de vostre bouche à mon dam trop aimable,
Mais qu’il soit sans courroux,

Lire la suite...

Les amours de Diane

Evaluer cet article

Elle pleurait, toute pâle de crainte,
Lors que la Mort sa moitié menaçait,
Et tellement l’air de cris remplissait
Que la Mort même à pleurer eut contrainte.

Hélas ! mon Dieu, que sa grâce était sainte !
Que beau son teint, qui les lys effaçait !
Le trait d’Amour cependant me blessait,
Et dans mon âme engravait sa complainte.

L’air en pleurant sa douleur témoigna,
Le beau soleil de pitié s’éloigna,

Lire la suite...

Les amours de Diane

Evaluer cet article

Éloignant vos beautés, je vous laisse en ma place
Mon coeur qui, comme moi, point ne vous laissera.
Plus tôt d’un trait doré Vénus vous blessera,
Plus tôt de vos rigueurs s’amollira la glace !

Ne vous attendez pas qu’aucun malheur le chasse,
Car, auprès de vos yeux, rien ne l’offensera,
Vu que, même en brûlant, assez fier il sera
Qu’autre feu que du ciel n’ait puni son audace.

Traitez-le bien ou mal, je n’en serai touché,
Car pour dire le vrai, c’est un coeur débauché,

Lire la suite...

Les amours de Diane

Evaluer cet article

J’ai longtemps voyagé, courant toujours fortune
Sur une mer de pleurs, à l’abandon des flots
De mille ardents soupirs et de mille sanglots,
Demeurant quinze mois sans voir soleil ni lune.

Je réclamais en vain la faveur de Neptune
Et des astres jumeaux, sourds à tous mes propos,
Car les vents dépités, combattant sans repos,
Avaient juré ma mort sans espérance aucune.

Mon désir trop ardent, que jeunesse abusait,
Sans voile et sans timon la barque conduisait,

Lire la suite...

Les amours de Diane

Evaluer cet article

L’âpre fureur de mon mal véhément
Si hors de moi m’étrange et me retire
Que je ne sais si c’est moi qui soupire,
Ni sous quel ciel m’a jeté mon tourment.

Suis-je mort ? Non, j’ai trop de sentiment,
Je suis trop vif et passible au martyre.
Suis-je vivant ? Las ! je ne le puis dire,
Loin de vos yeux par qui j’ai mouvement !

Serait-ce un feu qui me brûle ainsi l’âme ?
Ce n’est point feu : j’eusse éteint toute flamme

Lire la suite...

Les amours de Diane

Evaluer cet article

Las ! je ne verray plus ces soleils gracieux,
Qui servoient de lumiere à mon ame egarée !
Leur divine clairté s’est de moy retirée
Et me laisse esperdu, dolent et soucieux.

C’est en vain désormais, ô grand flambeau des cieux !
Que tu sors au matin de la plaine azurée,
Ma nuict dure tousjours, et la tresse dorée,
Qui sert de jour au monde est obscure à mes yeux.

Mes yeux, helas ! mes yeux, sources de mon dommage,
Vous n’aurez plus de guide en l’amoureux voyage,

Lire la suite...

Les amours de Diane

Evaluer cet article

Las ! que me sert de voir ces belles plaines,
Pleines de fruits, d’arbrisseaux et de fleurs ;
De voir ces prés bigarrés de couleurs,
Et l’argent vif des bruyantes fontaines ?

C’est autant d’eau pour reverdir mes peines,
D’huile à ma braise, à mes larmes d’humeurs,
Ne voyant point celle pour qui je meurs,
Cent fois le jour, de cent morts inhumaines.

Lasl que me sert d’être loin de ses yeux
Pour mon salut, si je porte en tous lieux

Lire la suite...

Les amours de Diane

Evaluer cet article

Ma nef passe au destroit d’une mer couroucée,
Toute comble d’oubly, l’hiver à la minuict ;
Un aveugle, un enfant, sans soucy la conduit,
Desireux de la voir sous les eaux renversée.

Elle a pour chaque rame une longue pensée
Coupant, au lieu de l’eau, l’espérance qui fuit ;
Les vents de mes soupirs, effroyables de bruit,
Ont arraché la voile à leur plaisir poussée.

De pleurs une grand’pluie, et l’humide nuage
Des dedains orageux, detendent le cordage ;

Lire la suite...

Les amours de Diane

Evaluer cet article

Marchands, qui recherchez tout le rivage more
Du froid Septentrion et qui, sans reposer,
À cent mille dangers vous allez exposer
Pour un gain incertain, qui vos esprits dévore,

Venez seulement voir la beauté que j’adore,
Et par quelle richesse elle a su m’attiser :
Et je suis sûr qu’après, vous ne pourrez priser
Le plus rare trésor dont l’Afrique se dore.

Voyez les filets d’or de ce chef blondissant,
L’éclat de ces rubis, ce corail rougissant,

Lire la suite...

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/