Poésie Marceline Desbordes-Valmore

Marceline Desbordes-Valmore
0
Evaluer cet article

Marceline Desbordes-Valmore est née le 20 juin de l’année 1786 dans la région nord de la France, dans une ville appelée Douai. Elle est décédée le 23 juillet 1859 à Paris. Elle se fait connaître par ses poèmes et ses nombreux écrits.

Son enfance

Les parents de Marceline Desbordes sont Félix Desbordes et Catherine Lucas. A cause de la Révolution, le père de famille per sa fortune et devient un cabaretier dans la ville natale de Marceline. Lorsque la jeune fille est âgée de 15 ans, sa mère et elle se déplacent de la Rochefort à Bordeaux pour atteindre alors la Guadeloupe. Leur but est de trouver une aide financière auprès d’un membre de la famille maternelle. Toutefois, la traversée entre Bordeaux et la Guadeloupe ne se passe pas comme prévu. Elle est plus longue et plus fatigante. La Guadeloupe est assaillie par une épidémie de fièvre jaune qui finit par emporter la mère de la jeune adolescente. Et ce n’est pas tout puisque le pays est touché par une mauvaise conjoncture politique. La personne à qui elles sont sensées solliciter de l’aide financière connait une mauvaise passe et ne leur offre qu’une aide dérisoire. La jeune fille retourne seule à Douai pour rejoindre son père. Lire la suite...

Textes de poésie

Evaluer cet article

Juin parfumait la nuit, et la nuit transparente
N’était qu’un voile frais étendu sur les fleurs :
L’insecte lumineux, comme une flamme errante,
Jetait avec orgueil ses mobiles lueurs.

“J’éclaire tout, dit-il, et jamais la Nature
N’a versé tant d’éclat sur une créature !
Tous ces vers roturiers qui rampent au grand jour,
Celui qui dans la soie enveloppe sa vie,
Cette plèbe des champs, dont j’excite l’envie,
Me fait pitié, me nuit dans mon vaste séjour.

Lire la suite...

Textes de poésie

Evaluer cet article

Dans la foule, Olivier, ne viens plus me surprendre ;
Sois là, mais sans parler, tâche de me l’apprendre :
Ta voix a des accents qui me font tressaillir !
Ne montre pas l’amour que je ne puis te rendre,
D’autres yeux que les tiens me regardent rougir.

Se chercher, s’entrevoir, n’est-ce pas tout se dire ?
Ne me demande plus, par un triste sourire,
Le bouquet qu’en dansant je garde malgré moi :
Il pèse sur mon coeur quand mon coeur le désire,
Et l’on voit dans mes yeux qu’il fut cueilli pour toi.
Lire la suite...

Textes de poésie

Evaluer cet article

Malheur à moi ! je ne sais plus lui plaire ;
Je ne suis plus le charme de ses yeux ;
Ma voix n’a plus l’accent qui vient des cieux,
Pour attendrir sa jalouse colère ;
Il ne vient plus, saisi d’un vague effroi,
Me demander des serments ou des larmes :
Il veille en paix, il s’endort sans alarmes :
Malheur à moi !

Las de bonheur, sans trembler pour ma vie,
Insoucieux, il parle de sa mort !

Lire la suite...

Textes de poésie

Evaluer cet article

Couchez-vous, petit Paul ! Il pleut. C’est nuit : c’est l’heure.
Les loups sont au rempart. Le chien vient d’aboyer.
La cloche a dit : “Dormez !” et l’ange gardien pleure,
Quand les enfants si tard font du bruit au foyer.

“Je ne veux pas toujours aller dormir ; et j’aime
A faire étinceler mon sabre au feu du soir ;
Et je tuerai les loups ! Je les tuerai moi-même !”
Et le petit méchant, tout nu ! vint se rasseoir.

Où sommes-nous ? mon Dieu ! donnez-nous patience ;
Et surtout soyez Dieu ! Soyez lent à punir :

Lire la suite...

Textes de poésie

Evaluer cet article

Veux-tu l’acheter ?
Mon coeur est à vendre.
Veux-tu l’acheter,
Sans nous disputer ?

Dieu l’a fait d’aimant ;
Tu le feras tendre ;
Dieu l’a fait d’aimant
Pour un seul amant !

Moi, j’en fais le prix ;
Veux-tu le connaître ?

Lire la suite...

Textes de poésie

Evaluer cet article

Qui me rendra ces jours où la vie a des ailes
Et vole, vole ainsi que l’alouette aux cieux,
Lorsque tant de clarté passe devant ses yeux,
Qu’elle tombe éblouie au fond des fleurs, de celles
Qui parfument son nid, son âme, son sommeil,
Et lustrent son plumage ardé par le soleil !

Ciel ! un de ces fils d’or pour ourdir ma journée,
Un débris de ce prisme aux brillantes couleurs !
Au fond de ces beaux jours et de ces belles fleurs,
Un rêve ! où je sois libre, enfant, à peine née,
Lire la suite...

Textes de poésie

Evaluer cet article

Quand je ne te vois pas, le temps m’accable, et l’heure
A je ne sais quel poids impossible à porter :
Je sens languir mon coeur, qui cherche à me quitter ;
Et ma tête se penche, et je souffre et je pleure.

Quand ta voix saisissante atteint mon souvenir,
Je tressaille, j’écoute… et j’espère immobile ;
Et l’on dirait que Dieu touche un roseau débile ;
Et moi, tout moi répond : Dieu ! faites-le venir !

Quand sur tes traits charmants j’arrête ma pensée,
Tous mes traits sont empreints de crainte et de bonheur ;

Lire la suite...

Textes de poésie

Evaluer cet article

Et toi ! dors-tu quand la nuit est si belle,
Quand l’eau me cherche et me fuit comme toi ;
Quand je te donne un coeur longtemps rebelle ?
Dors-tu, ma vie ! ou rêves-tu de moi ?

Démêles-tu, dans ton âme confuse,
Les doux secrets qui brûlent entre nous ?
Ces longs secrets dont l’amour nous accuse,
Viens-tu les rompre en songe à mes genoux ?

As-tu livré ta voix tendre et hardie
Aux fraîches voix qui font trembler les fleurs ?

Lire la suite...

Mélanges

Evaluer cet article

Quand les cloches du soir, dans leur lente volée
Feront descendre l’heure au fond de la vallée,
Si tu n’as pas d’amis ni d’amours près de toi,
Pense à moi ! Pense à moi !

Car les cloches du soir avec leur voix sonore
A ton coeur solitaire iront parler encore,
Et l’air fera vibrer ces mots autour de toi :
Aime moi ! Aime moi !

Si les cloches du soir éveillent les alarmes,
Demande au temps ému qui passe entre nos larmes,

Lire la suite...

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/