Britannicus ACTE II Scène III

(Publié le 30 avril 2012) (Mis à jour le: 25 janvier 2016)

Britannicus ACTE II Scène III

Néron, Junie

Néron

Vous vous troublez, Madame, et changez de visage.

Lisez-vous dans mes yeux quelque triste présage ?

Junie

Seigneur, je ne vous puis déguiser mon erreur:

J’allais voir Octavie, et non pas l’empereur.

Néron

Je le sais bien, Madame, et n’ai pu sans envie

Apprendre vos bontés pour l’heureuse Octavie.

Junie

Vous, Seigneur ?

Néron

Pensez-vous, Madame, qu’en ces lieux,

Seule pour vous connaître Octavie ait des yeux ?

Junie

Et quel autre, Seigneur, voulez-vous que j’implore ?

À qui demanderai-je un crime que j’ignore ?

Vous qui le punissez, vous ne l’ignorez pas:

De grâce, apprenez-moi, Seigneur, mes attentats.

Néron

Quoi, Madame ? est-ce donc une légère offense

De m’avoir si longtemps caché votre présence ?

Ces trésors dont le ciel voulut vous embellir,

Les avez-vous reçus pour les ensevelir ?

L’heureux Britannicus verra-t-il sans alarmes

Croître, loin de nos yeux, son amour et vos charmes ?

Pourquoi, de cette gloire exclu jusqu’à ce jour,

M’avez-vous, sans pitié, relégué dans ma cour ?

On dit plus: vous souffrez sans en être offensée

Qu’il vous ose, Madame, expliquer sa pensée.

Car je ne croirai point que sans me consulter

La sévère Junie ait voulu le flatter,

Ni qu’elle ait consenti d’aimer et d’être aimée,

Sans que j’en sois instruit que par la renommée.

Junie

Je ne vous nierai point, Seigneur, que ses soupirs

M’ont daigné quelquefois expliquer ses désirs.

Il n’a point détourné ses regards d’une fille,

Seul reste du débris d’une illustre famille.

Peut-être il se souvient qu’en un temps plus heureux

Son père me nomma pour l’objet de ses vœux.

Il m’aime; il obéit à l’empereur son père,

Et j’ose dire encore, à vous, à votre mère:

Vos désirs sont toujours si conformes aux siens…

Néron

Ma mère a ses desseins, Madame, et j’ai les miens.

Ne parlons plus ici de Claude et d’Agrippine:

Ce n’est point par leur choix que je me détermine.

C’est à moi seul, Madame, à répondre de vous,

Et je veux de ma main vous choisir un époux.

Junie

Ah ! Seigneur songez-vous que toute autre alliance

Fera honte aux Césars, auteurs de ma naissance ?

Néron

Non, Madame, l’époux dont je vous entretiens

Peut sans honte assembler vos aïeux et les siens,

Vous pouvez, sans rougir, consentir à sa flamme.

Junie

Et quel est donc, Seigneur, cet époux ?

Néron

Moi, madame.

Junie

Vous ?

Néron

Je vous nommerais, Madame, un autre nom,

Si j’en savais quelque autre au-dessus de Néron.

Oui, pour vous faire un choix où vous puissiez souscrire,

J’ai parcouru des yeux la cour, Rome et l’empire.

Plus j’ai cherché, Madame, et plus je cherche encor

En quelles mains je dois confier ce trésor,

Plus je vois que César, digne seul de vous plaire,

En doit être lui seul l’heureux dépositaire,

Et ne peut dignement vous confier qu’aux mains

À qui Rome a commis l’empire des humains.

Vous-même, consultez vos premières années:

Claudius à son fils les avait destinées,

Mais c’était en un temps où de l’empire entier

Il croyait quelque jour le nommer l’héritier.

Les dieux ont prononcé. Loin de leur contredire,

C’est à vous de passer du côté de l’empire.

En vain de ce présent ils m’auraient honoré,

Si votre cœur devait en être séparé,

Si tant de soins ne sont adoucis par vos charmes,

Si tandis que je donne aux veilles, aux alarmes,

Des jours toujours à plaindre et toujours enviés,

Je ne vais quelquefois respirer à vos pieds.

Qu’Octavie à vos yeux ne fasse point d’ombrage:

Rome, aussi bien que moi, vous donne son suffrage,

Répudie Octavie, et me fait dénouer

Un hymen que le ciel ne veut point avouer.

Songez-y donc, Madame, et pesez en vous-même

Ce choix digne des soins d’un prince qui vous aime,

Digne de vos beaux yeux trop longtemps captivés,

Digne de l’univers à qui vous vous devez.

Junie

Seigneur, avec raison je demeure étonnée.

Je me vois, dans le cours d’une même journée,

Comme une criminelle amenée en ces lieux;

Et lorsque avec frayeur je parais à vos yeux,

Que sur mon innocence à peine je me fie,

Vous m’offrez tout d’un coup la place d’Octavie.

J’ose dire pourtant que je n’ai mérité

Ni cet excès d’honneur, ni cette indignité.

Et pouvez-vous, Seigneur, souhaiter qu’une fille

Qui vit presque en naissant éteindre sa famille,

Qui dans l’obscurité nourrissant sa douleur,

S’est fait une vertu conforme à son malheur,

Passe subitement de cette nuit profonde

Dans un rang qui l’expose aux yeux de tout le monde,

Dont je n’ai pu de loin soutenir la clarté,

Et dont une autre enfin remplit la majesté ?

Néron

Je vous ai déjà dit que je la répudie.

Ayez moins de frayeur, ou moins de modestie.

N’accusez point ici mon choix d’aveuglement;

Je vous réponds de vous; consentez seulement.

Du sang dont vous sortez rappelez la mémoire,

Et ne préférez point à la solide gloire

Des honneurs dont César prétend vous revêtir,

La gloire d’un refus sujet au repentir.

Junie

Le ciel connaît, Seigneur, le fond de ma pensée.

Je ne me flatte point d’une gloire insensée:

Je sais de vos présents mesurer la grandeur;

Mais plus ce rang sur moi répandrait de splendeur,

Plus il me ferait honte, et mettrait en lumière

Le crime d’en avoir dépouillé l’héritière.

Néron

C’est de ses intérêts prendre beaucoup de soin,

Madame; et l’amitié ne peut aller plus loin.

Mais ne nous flattons point, et laissons le mystère:

La sœur vous touche ici beaucoup moins que le frère,

Et pour Britannicus…

Junie

Il a su me toucher,

Seigneur, et je n’ai point prétendu m’en cacher.

Cette sincérité sans doute est peu discrète;

Mais toujours de mon cœur ma bouche est l’interprète.

Absente de la cour, je n’ai pas dû penser,

Seigneur, qu’en l’art de feindre il fallût m’exercer.

J’aime Britannicus. Je lui fus destinée

Quand l’empire devait suivre son hyménée:

Mais ces mêmes malheurs qui l’en ont écarté,

Ses honneurs abolis, son palais déserté,

La fuite d’une cour que sa chute a bannie,

Sont autant de liens qui retiennent Junie.

Tout ce que vous voyez conspire à vos désirs;

Vos jours toujours sereins coulent dans les plaisirs:

L’empire en est pour vous l’inépuisable source;

Ou, si quelque chagrin en interrompt la course,

Tout l’univers soigneux de les entretenir

S’empresse à l’effacer de votre souvenir.

Britannicus est seul. Quelque ennui qui le presse,

Il ne voit, dans son sort, que moi qui s’intéresse,

Et n’a pour tout plaisir, Seigneur, que quelques pleurs

Qui lui font quelquefois oublier ses malheurs.

Néron

Et ce sont ces plaisirs et ces pleurs que j’envie,

Que tout autre que lui me paierait de sa vie.

Mais je garde à ce prince un traitement plus doux:

Madame, il va bientôt paraître devant vous.

Junie

Ah, Seigneur ! vos vertus m’ont toujours rassurée.

Néron

Je pouvais de ces lieux lui défendre l’entrée;

Mais, Madame, je veux prévenir le danger

Où son ressentiment le pourrait engager.

Je ne veux point le perdre: il vaut mieux que lui-même

Entende son arrêt de la bouche qu’il aime.

Si ses jours vous sont chers, éloignez-le de vous,

Sans qu’il ait aucun lieu de me croire jaloux.

De son bannissement prenez sur vous l’offense,

Et soit par vos discours, soit par votre silence,

Du moins par vos froideurs, faites-lui concevoir

Qu’il doit porter ailleurs ses vœux et son espoir.

Junie

Moi ! que je lui prononce un arrêt si sévère ?

Ma bouche mille fois lui jura le contraire.

Quand même jusque-là je pourrais me trahir,

Mes yeux lui défendront, Seigneur, de m’obéir.

Néron

Caché près de ces lieux, je vous verrai, Madame.

Renfermez votre amour dans le fond de votre âme

Vous n’aurez point pour moi de langages secrets:

J’entendrai des regards que vous croirez muets,

Et sa perte sera l’infaillible salaire

D’un geste ou d’un soupir échappé pour lui plaire.

Junie

Hélas ! si j’ose encor former quelques souhaits,

Seigneur, permettez-moi de ne le voir jamais !

La pièce de Théâtre Britannicus par Jean Racine.




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/