Articles by verney raymonde


poésie raymonde verney

Un ELFE se promène oublieux de l’horloge
épilogue d’un temps stupide et ennuyeux
vite !cueillons ces fleurs je me sens si heureux !
rencontre d’un LUTIN affublé d’une togeDans la verte FORET où le soleil déroge
Ce monde CHIMERIQUE a pourtant mille yeux
Un ELFE se promène oublieux de l’horloge
épilogue d’un temps stupide et ennuyeux

las !il me faut rentrer en douce vers ma loge
MAGIQUE ! ce moment ! je te fais mes adieux
Bientôt je reviendrai dans ce pays sulfureux

Un retour glacial il n’aura point d’éloge
Un ELFE se promène oublieux de l’horloge
épilogue d’un temps stupide et ennuyeux.

Raymonde verney

poésie raymonde verney

La nuit éteint ses bruits le rendez-vous des fées
A lieu près du sapin un arbre millénaire
Il connaît la magie et les langues codées
Les pigeons de retour suivent le rai lunaire

Unique !ce moment où la forêt reçoit
Une assemblée occulte aux rites établis
Les astres ont dit oui car la ville Boussoit
Possède des pouvoirs, leurs dons non point faiblis

ADA fait un discours assise sur la mousse
Près de la source bleue « aux jours sans lendemains
Succède la lumière et notre lune rousse
Protège les humains du charme des malins.

Raymonde verney

poésie raymonde verney

LES RESOLUTIONS

Je me résoudrais à paresser bien davantage
A me repaître de mes défauts
Je saurais bien démystifier mon âge
Et endiguer les présages vieux ou sots
Je me résoudrais à sortir bien davantage
A sublimer les plaisanteries légères
Je saurais bien transcrire les pages
De mon humeur sous la rubrique des faits divers
Lire la suite...

poésie raymonde verney

Roundel le coquelicot (conte)

Un fol coquelicot fait sa cour à la rose

A l’aube échevelée il conte ses malheurs

Ma mie est vaniteuse et désarme ma cause

Un fol coquelicot

La rose séduisait moquant les bonnes mœurs

Troublant un nénuphar connu pour son arthrose

A son âge l’amour éteint bien des raideurs

Lire la suite...

poésie raymonde verney

Terza rima

Pour l’amour d’une rose

J’essaimerais mes mots d’une ardeur éloquente
Me ridiculisant, songeait l’un des oiseaux
Au plumage doré ; ma passion est constante

Pour l’amour de ma rose je moquerais les sots
Je serais troubadour auteur d’une ballade
Au renom mondial, j’en lirais les échos
Lire la suite...

poésie raymonde verney

Le doucet
Amour en dentelle

Le printemps se prélasse au bal des demoiselles

Un charme fort discret, quelque billet flatteur
sera bien suffisant pour envoûter les belles

Une dame au teint gris affole son miroir
Comment lui expliquer que ces petites rides
Accusent sa naissance,excluant tout espoir ?
Lire la suite...

Page 1 sur 712345...Dernière page »

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/