Anatole France, Histoire et Biographie de France

(Mis à jour le: 2 mars 2016)
Evaluer cet article

Anatole France

Anatole France, de son nom complet François Anatole Thibault est un écrivain français qui est reconnu comme étant l’un des plus célèbres écrivains de la 3ème République. Il est né le 16 avril 1844 à Paris, et mort le 12 octobre 1924 à Saint-Cyr-sur-Loire aux Indre-et-Loire.

Il est connu pour être un critique littéraire redoutable en son époque. Il s’est engagé en faveur de plusieurs causes sociales et politiques de la France, particulièrement au début du 20ème siècle.

Anatole France a obtenu en 1921 le Prix Nobel de littérature.

Anatole France

Anatole France

Retrouvez les citations d’Anatole France

Anatole France

Biographie de Anatole FRANCE

Anatole France est un auteur écrivain important du 20ème siècle, on ne compte plus le nombre d’école de rues, avenues, places, qui portent son nom.

Découvrez la poésie d’Anatole France

Vie d’Anatole France

Anatole France est né dans une famille modeste. Son père François Noël Thibault était un libraire. Élevé dans la bibliothèque paternelle, Anatole France grandira avec la passion de la lecture et de l’érudition. Grâce à ses lectures, il fut initié à la période révolutionnaire en France.

Il entame ses études à l’institution Sainte-Marie et au collège Stanislas. Il n’était pas un élève très brillant, il écrivait cependant plusieurs récits très remarquables comme La Légende de sainte Radegonde qui sera éditée par la librairie France et publiée en revue.

En 1864, il obtint son baccalauréat difficilement et décide d’entrer dans la vie professionnelle.

Il commence à travailler dans plusieurs libraires et revues et a commencé à écrire quelques poèmes d’amour qui ont été en faits dédier à l’actrice Élise Devoyod.

Il fut très influencé par Leconte de Lisle qui était son maître et son patron à la fois. Au début de l’année 1867, Anatole a écrit une apologie de la liberté sous le pseudonyme du Lyon Amoureux de Ponsard. Finalement, et après des débuts très difficiles, Anatole obtient le poste de lecteur chez Alphonse Lemerre en 1869. Grâce à Lemerre, il réussit à s’introduire dans les milieux parnassiens.

Anatole France

Anatole France

En 1875, il écrivait le 3ème recueil du Parnasse contemporain en refusant d’ajouter les vers de Mallarmé et de Verlaine. Ses publications s’enchainent ensuite avec Jocaste en 1879, Le Crime de Sylvestre Bonnard en 1881, un premier ouvrage important qui lui vaudra un couronnement de l’Académie Française, Les Désirs de Jean Servien en 1882, Abeille en 1883…

En 1877, Anatole France épousa Valérie Guérin de Sauville avec qui il a eu une fille. Il est devenu en 1887 un critique littéraire du prestigieux Temps.

En 1888, il fait la connaissance Madame Arman de Caillavet, qui tient un célèbre salon littéraire de la Troisième République, ils tombèrent amoureux l’un de l’autre et une liaison est née entre eux. Cette liaison a inspiré Anatole plusieurs œuvres comme Thaïs en 1890 et Le Lys rouge en 1894.

Anatole a joint dès 1879 le Globe ainsi que la Revue alsacienne, il entama également une collaboration à Les Lettres et les arts durant uneannée entre 1885 et 1886.

Lorsque son roman Thaïs fut publié en 1890, il décida de quitter la bibliothèque du Sénat et se consacra à l’écriture. Il publie alors en 1893 La Rôtisserie de la reine Pédauque, en 1894 Le Lys rouge et Le Jardin d’Epicure.

Ce n’est qu’en 1896 qu’il fut élu à l’Académie française en 1896.

A cette époque, Anatole se tourne vers le socialisme. Il parle de son engagement politique dans son ouvrage L’Eglise et la République paru en 1904 ainsi que Vers les temps meilleurs en 1906.

Anatole continue à écrire avec Les Dieux ont soif paru en 1912 et La Révolte des anges en 1914.

Anatole France

Anatole France

Son dévouement littéraire et ses romans incontournables lui ont valu le prix Nobel en 1921. Un an après, l’ensemble de ses œuvres a été objet d’une condamnation papale qui estimait qu’Anatole s’attaquait à la religion.

Anatole France s’éteint le 12 octobre 1924 à La Béchellerie, commune de Saint-Cyr-sur-Loire. Il fut inhumé au cimetière ancien de Neuilly-sur-Seine auprès de ses parents.

A sa mort, Paul Painlevé alors Président de la Chambre des députés a déploré que « le niveau de l’intelligence humaine a baissé cette nuit-là. »




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/