Émile Henriot, histoire et biographie d’Henriot

(Mis à jour le: 11 août 2017)
Evaluer cet article

Né le 3 mars 1889, Émile Henriot est un écrivain, poète, essayiste et critique littéraire français. Il est mort le 14 avril 1961 à Paris.

Sa carrière professionnelle

Émile Henriot est le fils d’Henri Maigrot, un caricaturiste connu sous le nom d’Henriot. Dans son enfance, il a été confié à un ecclésiastique avant de suivre ses études au lycée Condorcet.

Durant la première guerre mondiale, il était intégré au régiment de dragons. Une période qu’il a raconté dans deux ouvrages à savoir Le carnet d’un dragon dans les tranchées (1918) et Journal de guerre.

Quand la guerre prit fin, il s’orienta vers une carrière de journaliste en intégrant le Temps. À la fin de la deuxième guerre, il devient critique littéraire du Monde tout en collaborant régulièrement avec La Revue des deux mondes.

Le public a découvert en lui, un critique fort intelligent, sensible et une figure de proue du journalisme littéraire.

Émile Henriot

Emile Henriot

Quelques liens

Sa carrière d’écrivain

En parallèle avec son métier, il était également écrivain. Il s’initia à cet art par la poésie au sein de la mouvance d’Henri de Régnier. Il publia de nombreux recueils de vers :

  • Poèmes à Sylvie paru en 1906
  • Petite suite italienne en 1909
  • La flamme et les cendres en 1909
  • Jardins à la française en 1911
  • Églogues imitées de Virgile en 1912, …

La guerre terminée, il se lance dans l’écriture de romans et publia de nombreux ouvrages qu’il qualifiait toutefois de « livres de second rayon ». Dans cette collection, on cite :

  • 1919 : Le diable à l’hôtel et les Plaisirs imaginaires
  • 1923 : Les aventures de Sylvain Dufour
  • 1924 : Aricie Brun ou les Vertus bourgeoises qui a remporté le Grand Prix du Roman de l’Académie Française
  • 1931 : Les occasions perdues
  • 1948 : La rose de Bratislava

Il a également écrit de nombreux essais tels que :

  • Stendhal en 1924
  • Les livres du second rayon en 1925
  • Musset en 1928
  • D’Héloïse à Marie Bashkirtseff en 1935
  • De Marie de France à Katherine Mansfield en 1937
  • De Turold à Chénier en 1944
  • De Lamartine à Valéry en 1946

Le 12 avril 1945, il est élu à l’Académie Française pour occuper le fauteuil de Marcel Prévost.

D’autres ouvrages

Émile Henriot est également l’auteur de :

  • L’instant et le souvenir en 1912
  • Valentin en 1918
  • Aquarelles en 1922
  • Éloge de la curiosité en 1927
  • La marchande de couronnes en 1932
  • Tout va finir en 1936
  • Le livre de mon père en 1938
  • Quatre nouvelles en 1944
  • Naissances en 1945
  • Les fils de la louve en 1949
  • Au bord du temps en 1958
  • On n’est pas perdu sur la terre en 1960




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/