Sans méprise

(Mis à jour le: 22 juin 2016)
Comme le geste au carrefour accusant la bonne route, préserve
des faux pas et des heurts, – que ceci, non équivoque, fixe
amicalement l’Orient pur.

Empressés autour d’elle, si mes pas ont si vite accompagné
ses pas, – Echangés avec elle, si mes yeux ont trop souvent
cherché le scintillant ou l’ombre de ses yeux,

Si ma main touchant sa main, si tout en moi rapproché d’elle
a parfois composé la forme du désir implorant,

Ce n’est point, – hélas, et vraiment, – pour l’amour injurieux
et vain de moi vers elle, mais par respect, par grâce, par amour

De l’amour qui est en elle vers un autre, – lui.

 

De Victor Segalen

Sans méprise Stèles Poésies Victor Segalen

 Poésies Victor Segalen - Stèles - Sans méprise -  Comme le geste au carrefour accusant la bonne route, préserve des faux pas et des heurts, - que ceci, non équivoque, fixe



Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/