Voûte étoilée

(Publié le 30 novembre 1999) (Mis à jour le: 8 mai 2014)

La voûte étoilée

Bave sa chaleur

Sur le champ de blé

C’est la stridence

Des heures d’été

Qui perce le tympan
Et qui réduit le monde

En un profond silence

Et le rend étriqué


Comme ces rues sombres

Qui se remplissent d’ombre

Quand l’odeur des nuits

Se met à trembler

C’est un manque à gagner

Des lumières du jour
Dont ne tirent profit

Que des mots d’amour

Qui ressemblent
A s’y méprendre

A des oiseaux blessés

 

Jacques Herman
2013




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/