Vaisseaux d’antan

(Publié le 23 mai 2006) (Mis à jour le: 8 mai 2014)

Epaves noyées des antiques frégates,
Vaisseaux héroïques ; rebondis à foison,
Vos flancs regorgeaient de pépites, d’agates,
Et vos voiles battaient sous le même horizon.

Voiliers de  naguère, aux pavillons lointains,
Les reflets de la mer étaient chers à mon cœur,
Les flots, où se miraient vos mâts et vos filins,
Transformaient mes espoirs en rêves enjôleurs.

Pirates, flibustiers sévissaient sur les mers,
Des trois-mâts envoûtants parcouraient l’océan,
La pensée, aujourd’hui, seule me reste chère
De perroquets battant dans l’ivresse du vent.

Qu’il est loin le temps où, sur sa face blême,
L’ombre de vos huniers épousait l’océan,
Ulysse, qu’as-tu fait des chants des sirènes ?
Je n’entends, désormais, que ceux des goélands.




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/