Un chien jaune endormi

Evaluer cet article

Ah pour sûr je l'ai vu

Qui tournait et tournait

Tout autour de la ville

Comme plein d'embarras

Tout chargé de fatigue

Et de rêves stériles

Ah pour sûr que j'ai vu

La bourrasque qui l'emporta

Comme une feuille légère

Jusqu'à ce qu'on ne le voie plus

C'était un homme trapu

Qui naviguait entre deux âges

Et dont le sillage

Dans le ciel a disparu

Il ne reste de lui

Qu'une image confuse

Et soluble dans l'air

Et dans une maison

Noyée de solitude à l'orée du village

Un chien jaune endormi

© Jacques Herman – 2007



Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/