Tu verras les débris

(Publié le 30 novembre 1999) (Mis à jour le: 8 mai 2014)

 

L'herbe a poussé

Entre les travées

Les restes de rails

Ne mènent nulle part

 

Dans la salle d'attente

Désaffectée

Ne demeure qu'un banc

Où je m'assieds


Tout en ce lieu respire 

Le silence des murs

Et les moisissures

Nées de l'humidité


Je suis coiffé

D'un chapeau violet

Ridicule et laid

Je porte autour du cou

Un écharpe de laine

Mes souliers sont couverts

De traces de terre

Et de goudron


Je suis assis inconfortablement

Sans le moindre état d'âme

Sans haine

Et sans passion


En face de moi

Un peu sur ma gauche

Tu verras les débris

D'une affiche ancienne

Qui vantait les mérites

D'un produit laitier

Aujourd'hui disparu

 

Des crevasses lézardent

Le plafond délavé

Et la porte d'entrée

Grince au gré du vent

 

Je me souviens à présent

De bribes d'une chanson

Que nous chantions enfants

 

© Jacques Herman – 2006

 

 
 




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/