Tristan Bernard, histoire et biographie de Bernard

(Mis à jour le: 6 février 2018)
Evaluer cet article

De son vrai nom, Paul Bernard, ce romancier et auteur dramatique français est né le 7 septembre 1866 à Besançon. Il est mort à Paris, le 7 décembre 1947. Tristan Bernard a surtout été connu pour ses mots d’esprit.

Biographie

Paul Bernard est né à Besançon et y a passé son enfance. Il quitte cette ville alors qu’il avait 14 ans pour étudier au lycée Condorcet, à Paris. De là, il passe ensuite à la faculté de Droit. Il avait pour objectif de devenir avocat, mais il n’a jamais pratiqué le métier. A la place, il a préféré les affaires et a dirigé une usine d’aluminium à Creil.

Il se lasse, toutefois, très rapidement de cette fonction et décide de se consacrer à ses deux passions que sont le vélo et l’écriture.

Carrière professionnelle

Il travaille avec La revue blanche à partir de 1891 et a commencé à écrire sous le pseudonyme de Tristan. Ce nom se réfère à un cheval sur lequel il avait misé aux courses et grâce à qui il a remporté les gains.

En 1894, il publie avec Pierre Vebern un recueil de fantaisies intitulé Vous m’en direz tant ! Un an plus tard, il publie sa première pièce intitulée Les Pieds nickelés, qui rencontra un grand succès. D’autres pièces ont ensuite suivi et la majorité d’entre elles ont retenu l’attention de producteurs qui les ont adaptés au cinéma.

Tristan Bernard

Tristan Bernard

En 1904, il rédige pour L’Humanité, un journal qui appartenait à Jaurès. Rapidement, il se fait connaître pour ses jeux de mots, ses pièces et ses romans. Il excellait également aux mots croisés.

Parmi ses plus importants ouvrages, on peut citer :

  • Amants et voleurs publié en 1905
  • L’affaire Larcier, en 1907
  • Secrets d’Etat, en 1908
  • Mathilde et ses mitaines, en 1912
  • Le taxi fantôme, en 1919, …

Vie privée

Tristan Bernard a eu trois fils. Durant l’Occupation, il fut arrêté à Cannes, avec quelques membres de sa famille, et interné au camp de Drancy. Les autorités l’ont effectivement pris pour un juif.

Grâce à Sacha Guitry et l’actrice Arletty, il a été libéré au bout de trois semaines avec sa femme. Leur petit-fils, François, n’a malheureusement pas eu cette chance et a été tué à Mauthausen. L’auteur n’a jamais pu s’en remettre.




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/