Toubib

(Mis à jour le: 19 mai 2014)

Les joues se sont creusées, le crâne sest dégarni
Il a parfois laccent qui change de pays
Depuis plus de trente ans avec la même patience
Il lit dans les regards et il écoute les silences

Quand il parvient à accrocher votre regard
Il en sort des joies, des peines, des cauchemars
Il sait vous faire parler de ce que vous cachez
Pas par curiosité mais pour vous soulager

Son cabinet est devenu un vrai confessionnal
Où les gens viennent déposer ce qui leur fait mal
Et lui va remettre chaque mot à sa place
Pour que les doutes et les peines seffacent

Il sait trouver le mot que vous cherchez en vain
Qui vous ouvre une fenêtre sur demain
Pour combien de personnes âgées est-il le seul lien
Qui leur fait espérer quelles existent pour quelquun ?

Arrive t-il le soir à partir en laissant tous ces visages
A rentrer chez lui sans sencombrer de leurs bagages
Lhomme parvient-il à reprendre le pas sur le médecin
Difficile à savoir tant les deux sont humains ?

On le surnomme PJ, mais on lappelle docteur
Car chose rare, il soigne en passant par le cSur.
 

Annie Matieu




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/