Ton mystère

(Publié le 30 novembre 1999) (Mis à jour le: 8 mai 2014)

Le ciel n’a pas vraiment changé

Et beaucoup d’étoiles le soir
Ressemblent pour l’éternité

A des sourires éphémères

Tu sais bien que je reste assis
Dans l’ombre grise de mes nuits

Sur le balcon de mon passé
A m’inonder de ton mystère

Je tends les bras désespéré
Vers les collines effondrées


Au fil des jours dans l’air vicié
Par tout ce qui put te déplaire

Mais je ne peux pas revenir
Aux heures claires du partir

De propos qui t’ont fait souffrir
Et des gerçures de l’hiver

Je souhaite briser le temps

Les aiguilles sur le cadran
M’illusionner tout bêtement

En murmurant une prière

Jacques Herman
2013




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/