Toi qui prends en pitié le deuil

(Publié le 11 septembre 2006) (Mis à jour le: 8 mai 2014)

Toi qui prends en pitié le deuil de la nature
Et qui laisses tes soeurs flatter l' éclat du jour,
Fille du sombre hiver, que tu sois la parure
Ou de la pâle mort ou du brillant amour,



Violette d' azur, que tu plais à cette âme
Où je remue en vain les cendres du désir !
Les lys sont orgueilleux, la rose a trop de flamme,
Et le myrte frivole aime trop le plaisir.




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/