Théodore de Banville, histoire et biographie de Banville

(Publié le 11 juin 2012) (Mis à jour le: 11 janvier 2016)

Théodore de Banville

Théodore de Banville, de son vrai nom Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins dans l’Allier, et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un auteur poète, dramaturge et critique français.

Le poète surnommé « le poète du bonheur »fut un  ami proche de Victor Hugo, de Charles Baudelaire et de Théophile Gautier, et l’un des  deux chefs de file de l’école parnassienne.  Considéré comme l’un des plus brillants poètes de son époque, il a inspiré toute une génération de jeunes poètes de la deuxième moitié du dix-neuvième siècle, et fut  un modèle littéraire pour Stéphane Mallarmé, Paul Verlaine, Catulle Mendès, François Coppée, Alphonse Daudet et Arthur Rimbaud.

Théodore de Banville

Théodore de Banville

Le travail de Théodoe de Banville

Biographie de Théodore de Banville

Théodore de Banville a fait ses études au lycée Condorcet à partir de1830. A l’âge de  dix-neuf ans,  il publia son premier recueil de poèmes, les Cariatides, salué par Baudelaire.  Encouragé par Victor Hugo et par Théophile Gautier, il se consacra à la poésie.

Son premier recueil oublié en 1843 fut suivi par les Stalatites (1846), Odelettes, (1856), Odes funambulesques et Le Sang de la Coupe, (1857). Ces recueils lui apportent la consécration et consacrèrent son talent.

Il a entamé sa carrière comme critique dramatique et chroniqueur littéraire en 1850 aux journaux le Pouvoir, puis le National . Devenant une figure très importante du monde littéraire, il a été élu comme membre de la Revue fantaisiste en 1861où se retrouvent les poètes qui furent à l’origine du Parnasse et de tous les mouvements du siècle.

En 1862, Il rencontre sa future femme Marie-Élisabeth Rochegrosse. Il l’a épousé quatre ans plus tard, et lui il a dédié son  recueil Les Exilés publié en 1876 qu’il considéra comme le meilleur de son œuvre.

Théodore de Banville

Théodore de Banville

Théodore de Banville méprisait la poésie officielle et commerciale, fut l’adversaire résolu de la nouvelle poésie réaliste et l’ennemi de la dérive larmoyante du romantisme, face auxquels il affirmait sa foi en la pureté formelle de l’acte poétique.

Banville,  rédigea ses souvenirs dansl’Âme de Paris, puis dans Mes souvenirs(1882) et écrivit des contes rassemblés dansMadame Robert (1887). Pour le théâtre, il composa des pièces en vers, mais la meilleure est en prose : il s’agit de la comédie historique Gringoire (1866), dédiée à Victor Hugo qui avait mis en scène le héros, un jeune poète, dans Notre-Dame de Paris

de Banville

de Banville

En 1872, avec son Petit Traité de poésie française, Banville rompt avec  le courant symboliste. Banville publia en tout dix-sept recueils de poésies lyriques, mais son œuvre poétique est en réalité plus vaste encore. Il faut y compter non seulement de nombreux poèmes parus dans la presse périodique de l’époque, mais aussi plusieurs pièces de théâtre en vers. Il publie presque une œuvre par an tout au long des années 1880, et meurt à Paris le 13 mars 1891, peu après la publication de son seul roman, Marcelle Rabe. Il est enterré au cimetière du Montparnasse.

 

Découvrez la poésie de Théodore de Banville



  1. 12 juin 2012 @ 09:49 Samantha

    Théodore de Banville
    Théodore de Banville a laissé un énorme répertoire poétique inédit et très sublime, sans oublier ses publications lyriques et ses romans et drames…
    Il est l’un des poètes qui ont marqué le 19ème siècle en France!

    Répondre


Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/